L'entreprise drummondvilloise Blueberi fermerait ses portes, jetant 150 travailleurs à la rue.

La fin pour Bluberi?

L'entreprise drummondvilloise spécialisée dans la conception de jeux de casinos Bluberi serait sur le point de fermer ses portes, mettant à pied ses quelque 150 travailleurs, selon une information émanant d'un employé.
L'entreprise éprouverait effectivement de sérieuses difficultés financières et aurait de la difficulté à s'acquitter de ses obligations. Rappelons qu'en septembre, Bluberi avait annoncé le licenciement de 28 personnes dans un effort pour redresser la situation. Le directeur des ressources humaines, Alain Daigle, avait alors affirmé que cette mesure avait pour objectif d'assurer la pérennité des activités et d'atteindre le seuil de rentabilité. Il semble que cette restructuration n'aurait pas suffi.
Les difficultés de l'entreprise, qui existe depuis une vingtaine d'années, proviennent de la structure du marché dans laquelle elle évolue. Bluberi fait effectivement face à une compétition internationale féroce et en constante évolution.
Le système de détermination centrale développé par l'entreprise drummondvilloise est intégré à plus de 7000 terminaux de jeu au Canada, aux États-Unis et en Amérique latine. Elle met à contribution des employés spécialisés dans des domaines aussi variés que l'ingénierie informatique, la conception de jeux, le graphisme, les mathématiques, la programmation, le contrôle de la qualité et le soutien technique.