La facture pour sauver la verdure

Le coût de 1,45 M$ pour acquérir le boisé Fabi fait jaser. La Ville de Sherbrooke aurait sûrement payé moins cher si elle avait devancé le plan de lotissement d'un promoteur. Ça ressemble au projet d'agrandissement du parc national du Mont-Orford.
Les élus subissent des pressions pour augmenter la superficie des aires protégées. Ils veulent bien, mais n'ont pas beaucoup de moyens.
À lire dans La Tribune de vendredi.