Christian Provencher

La facture des parents de la CSS risque de bondir l'an prochain

La facture des parents de la Commission scolaire des Sommets (CSS) pourrait grimper l'an prochain : la CSS envisage notamment d'indexer les frais de surveillance du midi. De nouveaux tarifs, comme des frais de transport pour une deuxième adresse, pourraient aussi voir le jour. C'est du moins l'une des mesures contenues dans le plan de redressement adopté mardi par la CSS. La CSS prévoit également se départir de plusieurs immeubles inoccupés.
À l'instar d'autres organisations, comme la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), la CSS devait entériner un plan de redressement à la suite d'un budget déficitaire. La CSS doit récupérer 761 000 $ sur deux ans, pour 2015-2016 et 2016-2017, dont 547 000 $ la première année.
Le directeur général Christian Provencher souligne que ces sommes doivent être épongées tout en sachant que d'autres coupes viendront l'an prochain. Contrairement à la CSRS, la CSS dispose encore de surplus.
Pour les frais de surveillance du midi, le directeur général ne peut pour le moment préciser l'augmentation, mais l'indexation serait liée au coût de la vie. « On avait un plan de cinq ans pour parvenir à l'autofinancement », explique-t-il.
Le service s'autofinance cette année, mais il faudrait prévoir une indexation afin de maintenir cet autofinancement. « Est-ce qu'on devrait indexer ces coûts annuellement plutôt que d'attendre trois, quatre ou cinq ans? » lance-t-il en guise d'exemple.
Le conseil des commissaires siégeait pour une dernière fois avant les élections scolaires du 2 novembre prochain, ce sera donc le nouveau conseil qui se penchera sur ces modalités. Le coût de la surveillance du midi pour une famille au primaire est actuellement de 284 $ ou 200 $ par élève. L'imposition de frais de transport pour les écoles à vocation particulière est aussi un scénario étudié. « Ça va tout être au menu », lance M. Provencher, en soulignant que la CSS n'avait plus le choix.
Les médias ont beaucoup parlé des coupes dans certaines commissions scolaires de l'aide aux devoirs ou de l'aide alimentaire.
À ce sujet, il faut rappeler qu'une série de mesures « d'appui à la réussite » a fait l'objet d'une coupe de 25 % du ministère de l'Éducation, note Christian Provencher, de sorte que les organisations n'ont plus les sommes.
Les décisions peuvent varier d'une école à l'autre, puisqu'elles font plusieurs choix en lien avec leur plan de réussite. Le dernier budget de la CSS prévoyait une diminution de 30 % du budget de ses établissements.
Le plan de redressement de la CSS prévoit de se départir de plusieurs immeubles, dont les anciennes écoles du Tremplin à Richmond et La Source à Windsor.
Des réorganisations en cas de départs à la retraite pourraient également survenir.