Alain Lemaire et Mario Plourde

La dette de Cascades limite son expansion

Si elle n'est pas alarmante, la dette accumulée par Cascades au cours des dernières années a pour effet de freiner les élans du nouveau président et chef de la direction de la multinationale, Mario Plourde. Ce dernier entend d'ailleurs s'attaquer aux créances avant de saisir certaines opportunités, notamment en Amérique du Sud.
« Lorsque Alain Lemaire a été porté à la tête de Cascades, nous avons été frappés par une tempête parfaite. L'augmentation de la valeur du dollar canadien, la hausse des prix du papier recyclé ont rendu les choses difficiles. Malgré tout, nous avons procédé à des investissements et nous avons dû nous endetter un peu trop », a expliqué le gestionnaire.
Afin de redresser la situation et de donner à son entreprise les moyens de ses ambitions, M. Plourde a annoncé qu'il allait opter pour une gestion plus stricte de ses unités, qu'il allait investir aux endroits opportuns et s'assurer que ces investissements rapportent de façon importante et rapidement. Il sera également moins tolérant envers les usines qui sont moins profitables.
« Nous avons connu du succès par le passé à redresser des usines en difficulté, mais les temps ont changé. C'est plus facile lorsque le dollar vaut 65 cents en devises américaines », a-t-il ajouté.
Le président entend également continuer à moderniser les actifs de l'entreprise comme on a fait avec la construction de Greenpac. L'usine de Niagara Falls produit 1500 tonnes de carton-caisse quotidiennement. Il s'agit des installations les plus modernes de ce type au monde. Elles permettent la fabrication plus rapide d'un produit de plus grande qualité.
M. Plourde désire également améliorer la synergie qui existe entre la centaine d'usines de la multinationale afin, entre autres, d'être en mesure de répondre plus rapidement et plus adéquatement aux demandes de clients majeurs.
« On s'aperçoit que lorsqu'un client comme Wal-Mart veut une facture unique pour plusieurs produits, ça peut prendre de temps avant d'avoir l'information de 17 usines. On veut améliorer notre processus d'offre », a-t-il dit.
Objectif : l'Amérique du Sud
Si les marchés nord-américains et européens sont arrivés à maturité en ce qui a trait aux produits du papier, il semble qu'il y ait une importante opportunité de croissance du côté de l'Asie et de l'Amérique du Sud. Lorsque Cascades aura diminué son ratio d'endettement, elle compte être fort active sur ces marchés.
« Ce ne sera peut-être pas en 2014, mais probablement en 2015. Nous avons déjà fait quelques visites au Chili, au Brésil et en Argentine. Lorsque nous aurons dégagé une certaine flexibilité financière, c'est sûr que nous avons le goût d'y aller », a conclu Mario Plourde.