Gilles Normand

La CSRS veut adopter un budget déficitaire de plus de 3 M$

La Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS) a demandé au ministère de l'Éducation, hier, l'autorisation d'adopter un budget déficitaire d'un peu plus de 3 M$, en raison des dernières compressions qui se sont ajoutées.
« Ça fait plusieurs années qu'on n'a pas fait de demande au gouvernement pour avoir un budget déficitaire », précise le directeur général de la CSRS, Michel Bernard, en entrevue aux côtés du président de la CSRS, Gilles Normand.
L'organisation jonglait déjà avec un trou de 2,4 M$. Plusieurs mesures seront mises en place pour éponger ce manque à gagner; des postes seront non remplacés, illustre M. Bernard, en ajoutant que l'ensemble des mesures seront connues lors du dépôt du budget, le 19 août. Il reste quelques séances de travail avant l'adoption du budget. La compression d'un peu plus de 3 M$ est venue s'ajouter tardivement, en raison du dépôt du budget provincial en juin.
L'an passé, l'organisation avait réussi à adopter un budget équilibré, note M. Normand, mais elle a dû réduire le budget des écoles. Les frais de surveillance des dîneurs et d'encadrement ont été augmentés de 10 %, et une nouvelle tarification pour le transport scolaire offert à deux adresses a été ajoutée, une mesure qui a été contestée.
Les parents pourraient être sollicités dans l'adoption du budget 2014-2015.
Comme la loi ne leur permet pas d'avoir un budget déficitaire, les commissions scolaires doivent demander une autorisation au ministère de l'Éducation afin d'adopter un budget rédigé à l'encre rouge. La Commission scolaire des Sommets (CSS) a adopté une telle résolution lors de la séance du conseil des commissaires, le mois dernier. Selon la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ), environ 75 % des commissions scolaires ont enregistré des déficits l'an passé.
« C'est sans précédent, comme compressions », souligne M. Bernard. Elles se chiffrent à près de 10 M$ au cours des dernières années à la CSRS. La CSRS n'a plus accès à des surplus libres.
Rappelons que la CSRS a déjà laissé entendre qu'elle devrait se tourner une fois de plus vers les contribuables en raison de la fin d'un programme de péréquation, ce qui représente un manque à gagner d'environ 3,7 M$ pour 2014-2015. Il a été question jusqu'ici d'une augmentation des taxes scolaires de l'ordre de 8 % et moins.
La CSRS gère un budget d'environ 216 M$.