Julien-Ducharme: la Ville doit reprendre l'appel d'offres

La Ville de Sherbrooke devra reprendre son processus d'appel d'offres pour le remplacement du système de réfrigération et d'éclairage de la patinoire du centre Julien-Ducharme.
L'administration municipale explique qu'à l'ouverture des offres, on a constaté que le montant de toutes les soumissions était supérieur à l'estimation du projet. 
«En fait, l'utilisation d'une nouvelle technologie plus sécuritaire, fonctionnant à l'aide de CO2, est une technologie relativement nouvelle qui a amené une sous-estimation du coût des éléments liés à la mécanique de réfrigération», note un communiqué de presse.
«Dans ce projet, la Ville de Sherbrooke avait déjà obtenu une subvention du ministère de l'Éducation, des Loisirs et du Sport d'un montant de 512 388,40 $ dans le cadre du Programme de remplacement des systèmes de réfrigération. Ce programme permet une contribution équivalente à 50 pour cent du coût de remplacement jusqu'à concurrence de 700 000 $.»
Or, la Ville de Sherbrooke a donc décidé de faire une nouvelle demande de subvention pour atteindre 50 pour cent du coût total de la nouvelle estimation. À la suite de la réception de la décision du Ministère, le processus d'appel d'offres sera repris.
«Étant donné qu'il s'agit du remplacement d'un système de réfrigération déjà fonctionnel, le report du processus d'appel d'offres n'affectera aucunement la sécurité des citoyens et la qualité du service offert à la population et aux organismes qui utilisent présentement les installations du centre Julien-Ducharme», ajoute-t-on.
Fréon
En décembre 2012, on apprenait que le fréon qui sert à réfrigérer la patinoire du Centre Julien-Ducharme doit être complètement retiré de l'amphithéâtre de l'arrondissement Fleurimont. Au départ, on souhaitait que le projet soit terminé pour la saison de hockey de l'automne 2013.
Les travaux sont évalués à 1,3 M $ et doivent rendre l'aréna conforme aux normes énoncées dans le Protocole de Montréal sur les gaz à effet de serre. Le Protocole de Montréal identifie le fréon comme l'un des gaz dont l'utilisation a pour effet d'appauvrir la couche d'ozone.
Québec s'était engagé à assumer 50 pour cent de la facture des travaux admissibles en vertu du Programme de soutien visant le remplacement ou la modification des systèmes fonctionnant au fréon mis en place au début de l'année 2012.