J'me peux plus de Stromae!

De l'électro-pop efficace mélangé à des textes intelligents: voilà qui résume bien Stromae. La sensation belge est revenue en force en août dernier avec son nouvel album Racine carrée. Ce dernier né semble plus personnel que Cheese, on pense notamment à la chanson Bâtard dans laquelle il réfère à ses origines métissées tout en demeurant critique du monde qui l'entoure, et la très populaire Papaoutai, single numéro 1 dans toute la francophonie qui parle notamment des pères absents, alors que le sien est disparu tôt dans sa vie.
Stromae emprunte cependant le même ton dénonciateur dans les paroles et festif dans la musique que sur son album précédent. Les rythmes y sont riches et entrainants. Presque tout l'album donne envie de se déhancher, à l'exception peut-être de la balade crève coeur Formidable.
C'est pas mêlant, l'album en entier est un pur délice. On se défoule sur AVF, on se laisse bercer par Ave Cesaria, on rigole avec Tous les mêmes.
L'imagerie associée à l'artiste surprend dans l'univers pop francophone. Alors qu'il démontre hors de tous doutes ses talents d'acteur dans ses vidéoclips, notamment lorsqu'il a prétendu être ivre pour lancer Formidable à la gare de Bruxelles, en caméra cachée, les images souvent très colorées de ses vidéos sont marquantes.
Bref, on achète l'album. On le met en boucle dans les fêtes ou dans sa voiture et on obsède.