Un nouvel accident ferroviaire est survenu cette semaine au Nouveau-Brunswick.

Jacob veut des mesures concrètes en sécurité ferroviaire

Les intervenants locaux qui réclament un resserrement des règles régissant le secteur ferroviaire peuvent compter sur l'appui du député de Brome-Missisquoi, Pierre Jacob, qui est favorable au déplacement de certains tronçons de voie ferrée.
<p>Pierre Jacob</p>
Un nouvel accident ferroviaire survenu au Nouveau-Brunswick, ces derniers jours, a ramené à l'avant-plan la question du transport par train des matières dangereuses. Il tend à démontrer que les populations vivant en bordure des voies ferrées courent parfois un grave danger.
«Ce serait une bonne idée de ne pas faire passer les trains dans des zones à densité élevée de population, affirme Pierre Jacob. Faire déplacer les rails, à des endroits bien précis, ce serait une chose sensée.»
Comme d'autres avant lui, M. Jacob note que le centre-ville de Magog ressemble beaucoup à celui de Lac-Mégantic, où 47 personnes ont perdu la vie l'été dernier quand plusieurs wagons remplis de pétrole ont explosé.
«Magog est un peu comme Lac-Mégantic avec sa voie ferrée qui traverse le centre-ville. On ne voudrait pas que la tragédie de juillet dernier se reproduise dans cette ville», mentionne le député néo-démocrate.
Texte complet dans La Tribune de vendredi.
Abonnement à la version électronique: