Le roman La bête à sa mère du Sherbrookois David Goudreault a été le plus vendu sur le site Les libraires.

J'achète un livre québécois : un succès

« Ma section québécoise a été dévalisée cette année. À mon avis, ça va rentrer dans les moeurs. »
Ces propos de Michel Breton, gérant à la Biblairie GGC, confirment le succès de l'événement Le 12 août j'achète un livre québécois.
« C'est une belle réussite! Cette année, beaucoup de gens ont parlé de livres québécois et ça a donné de l'ampleur à l'événement », raconte-t-il.
La première édition en 2014 avait obtenu un certain succès sur les réseaux sociaux, mais c'est véritablement cette année que le mouvement a gagné en popularité auprès du public. Ce jour-là, le site internet de la revue Les libraires classait d'ailleurs le roman de l'auteur sherbrookois David Goudreault, La bête à sa mère, premier dans ses ventes.
D'ailleurs, Michel Breton soulignait combien ce roman s'était vendu rapidement à la librairie où il travaille. On pouvait aussi lire sur le compte Facebook de l'écrivain son enthousiasme lorsqu'il a vu que son livre trônait en champion parmi les meilleurs vendeurs de livres québécois pour cette journée. « La bête à sa mère est LE meilleur vendeur! Qu'il soit vendu, c'est bien. Mais, surtout, il sera lu! », pouvait-on lire.
La nageuse au milieu du lac de l'auteur sherbrookois Patrick Nicol trônait également dans la liste des 12 livres les plus vendus.