Le vice-doyen à la formation à l'UdeS, Roch Lefebvre, et la coordonnatrice du PCUC à l'UdeS,  Evelyne Carbonneau, sont accompagnés des enseignants en informatique du Cégep de Victoriaville Shany Carle et Sébastien Dessureault.

Intelligence artificielle: l'UdeS et le Cégep de Victo unissent leur force

Le Cégep de Victoriaville et l'Université de Sherbrooke en sont venus à une entente de partenariat afin de permettre le développement des projets en intelligence artificielle et en réalité virtuelle Nao, Chronos et Naocéphale.
Cette collaboration a été rendue possible dans le cadre du Programme de collaboration université-collèges (PCUC). Elle reliera le département d'informatique du Cégep de Victoriaville à ceux de génie mécanique et électrique de l'UdeS au moins pour les deux prochaines années.
«Ça permettra le partage des infrastructures et des connaissances. L'adoption d'une philosophie d'approche par problème permet une meilleure motivation des étudiants, en plus de bonifier leur formation», a indiqué la coordonnatrice du PCUC à l'Université de Sherbrooke, Evelyne Carbonneau.
Pour Chronos, qui consiste en une simulation cycliste du Tour de France, le département d'informatique victoriavillois s'occupera de la portion visuelle et de la création de l'environnement 3D, alors que les étudiants de l'Université se chargeront de la mécanique du vélo, ainsi que de la portion électrique du prototype.
Pour ce qui est de Nao, un petit robot humanoïde, les étudiants du Cégep réaliseront la programmation de base alors que ceux de l'Université s'adonneront aux tâches un peu plus complexes. L'objectif est de créer un outil pédagogique à l'intention des enfants ayant des difficultés d'apprentissage.
«Nous avons demandé aux étudiants en technique d'éducation spécialisée de nous monter des scénarios que nous programmerons dans le robot. Nous améliorerons son comportement jusqu'à ce que nous ayons l'outil pédagogique ultime», a statué Shany Carle, l'un des enseignants du Cégep de Victoriaville.
Au total, l'Université de Sherbrooke a reçu une enveloppe de 600 000$ pour la réalisation de partenariats avec les cégeps québécois, une bonne partie de ce montant a été consentie à la réalisation de cette entente avec Victoriaville.
«Les gens du Cégep ont des idées et ils ont de la drive. C'est parmi les beaux projets que nous avons développés. Nous avons déjà atteint un objectif de pérennité. Nous savons que nous continuerons de travailler ensemble, même après la fin de la présente entente», a signifié Roch Lefebvre, vice-doyen à la formation de la Faculté de génie de l'UdeS.