Insalubrité des logements: des étudiants de l'UdeS sont sondés

Les milliers d'étudiants de l'Université de Sherbrooke à travers la province sont actuellement sondés sur la salubrité de leurs logements, dans le cadre d'une étude visant à caractériser les signes d'insalubrité de ces logements. L'enquête s'intéresse aussi aux problèmes de santé que les étudiants pourraient avoir.
Selon Mathieu Lanthier-Veilleux, candidat à la maîtrise en sciences cliniques et médecin résident en santé publique et en médecine préventive de l'UdeS, il s'agit de la première étude canadienne ciblant cette clientèle et l'évaluation de leurs logements. L'étude est réalisée en collaboration avec la Santé publique de l'Estrie, l'UdeS et les associations étudiantes (FEUS et REMDUS).
L'enquête en cours s'adresse à tous les étudiants de l'UdeS habitant au Québec, y compris ceux des campus de Longueuil et du Saguenay, de même que les étudiants de l'Université du troisième âge (UTA).
Jusqu'ici, environ 1000 étudiants ont répondu au questionnaire, qui leur a été transmis par courriel. « C'est un très faible pourcentage », note M. Lanthier-Veilleux, en soulignant que cela représentait environ 5 % des étudiants qui peuvent être sondés.