Incendie au centre-ville de Sherbrooke

La Petite boîte noire a bien failli être la proie des flammes pour une seconde fois en moins d'un an lorsqu'un incendie s'est déclaré dans le bâtiment adjacent à la salle de spectacle dimanche matin.
<p>Francis Delage, le propriétaire du bâtiment, du restaurant La Suite et de la Commission des liqueurs.</p>
Peu avant 10 h, les pompiers ont été alertés par deux employés de la Commission des liqueurs et du restaurant La Suite, situés sur la rue Webster, à Sherbrooke, qu'un feu s'était déclenché dans la pièce réservée aux employés, notamment pour le nettoyage des verres et la réfrigération des produits.
« J'ai vu de la boucane noire sortir du lave-vaisselle et après j'ai vu de grosses flammes sortir sur l'autre mur à côté. Je suis montée avertir l'autre employé pour qu'on sorte tout de suite. Il est redescendu pour essayer de l'éteindre avec l'extincteur, mais il n'a pas été capable », explique Francine Claisse, qui s'occupe de l'entretien des deux commerces depuis sept ans.
« À notre arrivée, il y avait une présence de flammes à l'arrière du bâtiment, donc on est tombé en quatrième alarme. Comme le feu était pris dans une annexe au bâtiment, l'objectif était d'éviter qu'il se propage à la structure du restaurant La Suite et de la Commission des liqueurs », signale le chef de division du Service de protection contre les incendies de Sherbrooke (SPCIS), Stéphane Brochu.
Une trentaine de pompiers ont mis un peu plus d'une heure pour maîtriser l'incendie. On ne rapporte aucun blessé, assure le chef de division du SPCIS. Des inspecteurs sont présentement sur les lieux pour déterminer la cause exacte de l'incendie.
Le propriétaire du bâtiment, Francis Delage, qui est également propriétaire des deux commerces touchés par le brasier, compte tout mettre en oeuvre pour rétablir ceux-ci pour le week-end prochain afin de protéger la soixantaine d'employés des deux établissements.
« On a été chanceux dans notre malchance, parce que le reste de la bâtisse semble en bon état. Ce même feu-là à l'intérieur aurait été beaucoup plus dangereux et dommageable. Étant donné que c'est dans une annexe externe, on va essayer de reconstruire vite et tout faire ce qui est humainement possible pour que les employés puissent travailler le plus tôt possible. Moi, je suis assuré, mais mes employés ne le sont pas et ont des loyers à payer. Je vais travailler jour et nuit pour rouvrir les portes rapidement. »