Il plaide coupable du meurtre au second degré de sa conjointe

Coup de théâtre au palais de justice de Thetford Mines. Accusé du meurtre au premier degré de sa conjointe Josée Lauzon, Mario Godbout a plaidé coupable à une accusation réduite de meurtre au second degré.
Mercredi, il mettait ainsi un terme à son procès devant juge et jury en cours depuis maintenant près de deux semaines.
Les avocats au dossier devaient commencer leurs plaidoiries jeudi matin. Les représentations sur sentence sont prévues pour le 11 novembre prochain.
Les événements remontent au mois d'octobre 2011. Godbout, alors âgé de 50 ans, avait été mis sous arrestation le 23 octobre après avoir rapporté lui-même le décès de sa conjointe, Josée Lauzon, alors âgée de 52 ans.
Le crime avait été commis deux jours plus tôt. Le corps de la dame était retrouvé sans vie dans l'appartement du couple situé sur la 8e Rue dans le quartier St-Noël de Thetford Mines.
La commission d'un meurtre au second degré est passible d'une sentence automatique de prison à perpétuité avec une possibilité de libération conditionnelle après 10 à 25 ans, selon ce que le juge ou les parties auront décidé.