Huit projets du CHUS financés

Des légumes pousseront bientôt dans un nouveau jardin aux abords du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS), pavillon Hôtel-Dieu. Ces légumes seront mis en terre par des patients de l'unité de santé mentale et finiront en conserves, des conserves qui seront remises à d'autres patients dans le besoin.
«C'est un projet basé sur l'estime de soi, sur la valorisation des patients de la santé mentale», explique Mario Parenteau, chef de soins et services au programme-clientèle santé mentale - troubles psychotiques et affectifs.
L'idée de ce jardin est basée sur une étude américaine qui a prouvé qu'un tel projet apportait tout un lot de bienfaits aux patients.
En effet, la majorité des patients ayant des troubles psychotiques souffrent d'isolement social, de trouble de concentration, de désorganisation, de déresponsabilisation. Mais tout peut changer (ou du moins s'améliorer) grâce à un tel projet.
Voilà l'un des huit projets que le Fonds Brigitte-Perreault financera cette année. Le Fonds, qui a été créé en 2005 à la mémoire de Dre Brigitte Perreault, décédée très jeune d'un cancer, a pour mandat de contribuer à l'amélioration de la qualité des soins et des services au CHUS.
«Le Fonds fait partie de la Fondation du CHUS, mais c'est une branche vraiment axée sur l'humanisation et la qualité des soins. Par exemple, nous avons déjà financé des campagnes de sensibilisation sur l'importance du lavage des mains, le sentier pédestre de deux kilomètres près du CHUS...», cite en exemple le parrain d'honneur du Fonds Brigitte-Perreault, l'auteur-compositeur-interprète Vincent Vallières.
«Depuis la création du Fonds, nous pouvons dire que nous avons eu des impacts concrets sur l'amélioration des soins aux patients. Nous sommes dans cette mouvance : le patient doit être un partenaire de ses soins. L'époque où on lui disait quoi faire, quand et comment est terminée», illustre le Dr Stéphane Termblay, directeur par intérim du CHUS.
Cette année, huit projets seront financés pour un total de 68 587 $. De quoi faire la fierté de Paule Lavoie et Gilles Perreault, les parents de la défunte Dre Perreault.
«Ce sont des projets qui peuvent paraître «banals», mais qui font une grande différence pour les patients touchés. Prenez l'exemple de l'un des projets de cette année : un outil visuel pour soutenir la clientèle lors d'enseignement de techniques d'autocathétérisme vésical. Est-ce que c'est banal? Pour les gens qui ont besoin de cet enseignement, ça fait toute une différence!» illustre M. Perreault.
Liste des huit projets retenus
1. Rendre disponible aux patients et à leurs proches l'information sur le fonctionnement de l'unité
et de l'hôpital lors d'une hospitalisation;
2. Développer et évaluer des interventions visant à diminuer la prescription de médicaments potentiellement inappropriés pour la personne âgée;
3. Mise sur pied d'un atelier-jardin;
4. Surveillance des interventions en oncologie digestive par un dossier de recherche oncologie;
5. Soins et enseignements aux patients trachéotomisés renforcés par l'empowerment;
6. Outil visuel pour soutenir la clientèle lors d'enseignement de technique d'auto cathétérisme
vésical en période pré ou postopératoire;
7. Valoriser l'intégration des patients et de leurs proches au sein de l'équipe en contexte de collaboration interprofessionnelle;
8. Vidéo sur l'expérience du patient.