Hôtel Belding Corticelli : ouverture reportée au printemps 2016

Malgré le va-et-vient de quelques ouvriers, les travaux sont définitivement au ralenti sur le site du futur complexe hôtelier de la Belding Corticelli.
Un temps de trêve forcé, notamment en raison de travaux importants en cours à l'hôtel Les Trois tilleuls, une récente acquisition du promoteur de la Belding, David Sepulchre. Toutefois, la principale cause du ralentissement des travaux en cours est la présence de sols contaminés sur l'ensemble du site de la Belding et dont les résultats d'analyse sont attendus incessamment.
«On s'y en attendait, car c'est un problème commun à presque toutes les anciennes usines, confirme Thomas Smeesters, directeur général de Tomico, l'entrepreneur chargé des travaux. Pour le moment, il est prévu de creuser un mètre à la grandeur du terrain, mais on espère que ce sera seulement un mètre. Je compte coordonner ces travaux avec ceux de l'aqueduc. À ce niveau, tout doit être refait, dont les égouts et les drains français, car il y a beaucoup d'eau qui entre par le sous-sol.»
«Il est certain qu'on pourrait tenter de réaliser les travaux intérieurs et extérieurs en même temps, mais ce serait le chaos total, affirme M. Smeesters. On doit aussi considérer qu'en l'absence d'un système de drainage et malgré la présence de drains de toit temporaires, les risques d'infiltration d'eau sont toujours présents et pourraient compromettre les travaux intérieurs.»
«Les Trois tilleuls représente une opportunité que je ne pouvais pas rater. Je me retrouve donc dans deux gros projets en même temps, explique David Sepulchre. Et même si on pouvait reprendre les travaux de Coaticook aujourd'hui, est-ce qu'on pourrait livrer pour le printemps prochain? On a des doutes, mais il est hors de question de ne pas réaliser le projet, j'y ai investi trop d'argent. Logiquement, on reprend les travaux dans quelques mois.»
Entre-temps et ayant eu vent qu'il s'était porté acquéreur des Trois tilleuls à Saint-Marc-sur-Richelieu en Montérégie, la Caisse Desjardins des Verts-Sommets de l'Estrie lui a fait part de son intérêt à financer non pas un, mais les deux projets en cours. «Lorsque j'ai acheté Les Trois Tilleuls, ce sont les gens de Coaticook qui m'ont approché, souligne M. Sepulchre. Je n'ai pas de problèmes financiers et mes associés sont solides, mais je tiens quand même à voir leur offre.»