Gestion parasitaire

Sans être contre la nouvelle réglementation sur les pesticides de la Ville de Sherbrooke, une contradiction me chatouille. Quand Hydro-Sherbrooke a proposé l'installation de compteurs émettant des radiofréquences, nos élus municipaux n'avaient pas d'expertise en santé. Les études nationales ont alors servi de référence pour fournir l'assurance que ces appareils sont sans danger.
Notre conseil municipal est plus compétent en pesticides que les répondants fédéraux et provinciaux ? Il pouvait mieux qu'eux évaluer les risques pour la santé ? La précaution est à géométrie variable à l'hôtel de ville.
À lire dans La Tribune de samedi.