FTM: une 17e édition métissée serrée

Le jaune peinturait vêtements et affiches d'une thématique aussi ensoleillée que colorée, hier, au lancement de la programmation de la 17e édition du Festival des traditions du monde de Sherbrooke.
<p> L'artiste hip-hop Boogat </p>
Invités et dignitaires présents ont même eu droit à des prestations sur place du Gypsy Kumbia Orchestra et de l'artiste hip-hop Boogat venus donner un aperçu de leurs talents quelques jours avant les festivités, qui s'amorceront le mercredi 13 août et se termineront le dimanche 17 août. Plus de 200 spectacles seront à l'affiche pour les 150 000 festivaliers qui se déplaceront pour s'immerger dans les cultures des cinq continents.
Chaque année, l'événement se veut le lieu de rassemblement des différentes cultures qui peuplent la région. Sherbrooke : « une terre d'intégration », clamera le conseiller municipal Louisda Brochu.
Une mission qui transparait dans la programmation de cette 17e édition mise sur pied par Andrée-Anne Côté. « J'ai vraiment essayé de montrer que le peuple québécois intègre de plus en plus les cultures, entre autres par l'art. »
Une programmation coup de coeur
Parole d'Andrée-Anne Côté, les festivaliers seront éblouis par la diversité et l'énergie des artistes invités. « C'est doux, c'est heureux. Ça a toujours été festif, moi j'ai opté pour la fusion afin de montrer que les cultures, on les a intégrées. »
Une fusion des genres, oui, mais aussi des origines, car plusieurs groupes réuniront des instruments traditionnels de partout dans le monde en un seul spectacle métissé. De la musique aborigène australienne à la cornemuse irlandaise en passant par du reggae chinois : les plus curieux seront assurément servis.
« Mon coup de coeur personnel, et j'en suis vraiment contente parce que ce furent de longues négociations, ce sont les Sierra Leone' s Refugee All Stars », raconte la directrice de la programmation. Pour cause, leur histoire est magnifique : réuni dans un camp de réfugiés en Guinée, le groupe a utilisé la musique afin de triompher de la guerre et de la violence. Ensuite remarqués pour leur optimisme contagieux, ils jouent aujourd'hui sur les plus grandes scènes du monde. Un passé unique, moulé par l'art, comme pour tous ces artistes qui se produiront au cours du Festival.
« Ce sont des groupes qui se sont donné comme mission, on dirait, de rendre le monde meilleur », mentionne Mme Côté.
Au cours des cinq jours, les festivaliers auront droit à des thématiques Reggae, Fête Blakan' Est, Cultures urbaines, Soirée Africa, Groove métissé, Viva Rio, Au coeur des Premières Nations ou encore Cap sur La Nouvelle-Orléans, et ce, toujours gratuitement.
Les classiques de retour
Sans surprise, les organisateurs ont annoncé les retours du Pub irlandais, des Portes de l'Asie et du Palais de l'Orient, trois chapiteaux appréciés des festivaliers qui pourront s'imprégner des cultures uniques de ces peuples. À l'horaire, activités immersives familiales, spectacles et ateliers, notamment.
Retour aussi pour la soirée latine, mais cette fois, sous le soleil chaud de Rio de Janeiro et de son carnaval qui se déroulera à l'intérieur du centre Julien-Ducharme, le samedi.
« L'une des valeurs du festival, c'est l'immersion. Il y a 80 artistes qui vont faire en sorte que quand tu vas entrer, il va faire chaud, il va faire beau et tu vas être à Rio! », détaillait Mme Côté.
Par ailleurs, notons que la Société de transport de Sherbrooke offrira le transport en commun au coût réduit d'un dollar durant toute la durée de l'événement.