Forte affluence au vote par anticipation

La tempête tardive n'a pas découragé les Sherbrookois qui ont été nombreux à se présenter aux bureaux de vote par anticipation dimanche.
<p>Le député sortant de Saint-François Réjean Hébert a été voter  dimanche avant-midi.</p>
« À la grande surprise de tous, on a réussi à ce que toutes nos équipes soient prêtes et en fin de compte, l'affluence en avant-midi a été à peu près aussi importante que dans les années passées », a indiqué Jean-Luc Dumont, directeur de scrutin pour la circonscription de Sherbrooke. En après-midi, les électeurs ont été encore plus nombreux à se déplacer, ce qui a forcé les équipes à mettre en place des stratégies pour accélérer le processus de vote. « On s'attendait à avoir une journée plus tranquille », affirme M. Dumont.
Le député sortant de Saint-François Réjean Hébert est parmi ceux qui sont allés remplir leur « devoir de citoyen » dimanche avant-midi. Celui-ci affirme continuer à travailler fort en cette dernière étape de la campagne pour convaincre les électeurs de renouveler son mandat. « Ce que j'observe, c'est qu'il y a beaucoup d'indécis encore donc il faut rencontrer les gens », a-t-il mentionné lors de son passage au bureau de vote.
Malgré les derniers sondages qui placent les libéraux en tête, Hébert reste positif quant aux résultats de l'élection à venir. « Nous souhaitons toujours avoir un gouvernement majoritaire. »
Le vote par anticipation se poursuit aujourd'hui partout à travers le Québec de 9 h 30 à 20 h. Six équipes sont aussi sur la route pour les votes dans les institutions d'hébergement. Ce sont environ 1900 personnes qui votent de cette manière dans la circonscription de Sherbrooke.
Vote étudiant
Le vote dans les établissements d'enseignement a pour sa part commencé vendredi, alors que 375 étudiants se sont présentés à l'Université de Sherbrooke pour voter dans leur circonscription de résidence. Comme le vendredi est la journée de la semaine lors de laquelle le moins de cours se donnent à l'Université, Jean-Luc Dumont s'attend à ce que le taux de participation soit significativement plus élevé lors des autres jours de vote, soit demain, mercredi et jeudi.
« Vu que c'était une première, la journée de vendredi nous a permis de nous roder », dit-il.
La Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ) souhaite que la mobilisation pour les élections du 7 avril soit aussi imposante que celle au scrutin de septembre 2012, alors que la crise étudiante se poursuivait. Le président de la FEUQ, Tierry Morel-Laforce, estime que les étudiants doivent aller voter en masse pour montrer aux politiciens que les jeunes doivent « être écoutés ».
- Avec La Presse Canadienne