Fête du lac: une finale qui a comblé tout le monde

Personne n'a eu à sécher de pleurs dimanche soir: Daniel Bélanger a conclu la Fête du lac des Nations dans une bonne humeur partagée par un comité organisateur comblé.
<p>Jean-Pierre Beaudoin</p>
Le rideau s'est fermé sur une 33e édition de la Fête du lac des Nations qualifiée de positive par les organisateurs, et ce, en dépit de l'annulation de Lou Gramm deux jours avant la tenue de son spectacle.
« C'est certain que le cas de Lou Gramm a été décevant, mais on s'est tout de même rapidement tourné de bord. Il y a eu un peu moins de gens samedi que si Lou Gramm avait été là, par contre Honeymoon Suite a donné un très bon spectacle et les gens qui étaient là ont apprécié », a souligné le directeur général de la Fête, Jean-Pierre Beaudoin.
Entre 180 000 et 185 000 personnes, selon les estimations faites avant la journée de dimanche, ont été de la partie cette année et les organisateurs identifient la température clémente comme l'une des principales raisons du succès de cette édition.
« La météo a été de notre côté toute la semaine, ça fait longtemps que ça n'avait pas été le cas », a noté M. Beaudoin.
Ce sont les spectacles d'Éric Lapointe et de Marie-Mai qui ont sans surprise obtenu les meilleures cotes de rendement pour la semaine.
L'organisation prévoit enregistrer des surplus monétaires qui seront utilisés comme fonds pour les futures éditions afin d'absorber de possibles difficultés financières. Après tout, personne ne contrôle Dame nature.
<p>Daniel Bélanger </p>
Soirée chic
Pour clore la semaine en beauté, Daniel Bélanger et ses musiciens acolytes ont présenté un spectacle tout chic, tout beau, fortement teinté des airs jazzés de son plus récent album, Chic de ville.
Accompagné par une contrebasse, une guitare électrique et une batterie, Daniel Bélanger a chanté plusieurs de ses compositions présentes sur cet album tôt dans le spectacle avant de larguer une première bombe avec Sèche tes pleurs. Puis, Rêver mieux a bercé le public un peu plus tard.
Un spectacle amical au cours duquel l'auteur-compositeur-interprète s'est amusé avec ses musiciens et la foule, se permettant même de la taquiner. Les solos de guitare électrique ont été multipliés et les acrobaties scéniques du batteur et du contrebassiste ont animé la grande scène pendant que Bélanger livrait ses textes avec sa passion habituelle.
Plein d'amour pour Damien Robitaille
Difficile de qualifier la venue de Damien Robitaille d'apéritif à la tête d'affiche, surtout lorsqu'une dynamique aussi électrique s'installe entre le chanteur et sa foule.
Avec son charisme sympathique qui le caractérise, le franco-ontarien a mis le feu à la grande scène grâce à ses rythmes joyeux et colorés.
Avec Ta maman m'amadoue, il a empoigné son public. Il l'a ensuite entraîné dans une danse exotique à l'aide de mélodies latines et l'a finalement séduit à coup de succès populaires. Homme autonome, offert en fin de représentation et chantée de concert avec les festivaliers, a obligé le chanteur à revenir sur scène pour un rappel de deux chansons : Je tombe et Plein d'amour, qui a eu l'effet d'une avalanche de bonheur sur le parc Jacques-Cartier.
Conclusion royale
Royal Pyrotechnie a couronné cette dernière soirée d'une performance originale sous le thème Road Trip. Les chansons Baby You Can Drive My Car, Life is a Highway, Born to be Wild et Hotel California, pour ne nommer que celles-là, ont agi comme trame musicale d'un spectacle haut en couleur dans lequel on pouvait sentir la nostalgie se dégager.
Les artificiers ont osé, notamment en construisant une structure en forme de roue, sur le quai, qui s'est éclairée en cours de présentation.