Étudiante française expulsée: le bureau de Dusseault offre son aide

L'étudiante française de l'Université de Sherbrooke qui a été expulsée du Canada samedi matin pourra revenir chez nous si elle en fait la demande. Elle sera accompagnée dans ses démarches, si elle le désire, par le bureau du député fédéral de Sherbrooke, Pierre-Luc Dusseault.
« Je ne sais pas quelles sont ses intentions, mais la dame pourra formuler une autre demande pour revenir étudier ici », mentionne Nancy Gosselin, adjointe au député Pierre-Luc Dusseault et responsable du dossier.
« Ce n'est pas exclu qu'elle puisse revenir un jour étudier à Sherbrooke. L'étudiante peut en faire une demande à l'ambassade du Canada à Paris. »
Rappelons que malgré qu'elle ait rempli tous les formulaires nécessaires pour être en droit de continuer son parcours académique au Québec, l'étudiante étrangère n'avait eu d'autres choix que de plier bagage. L'étudiante, qui désire garder l'anonymat, a dû retourner dans son pays, à seulement 48 heures d'avis.
Selon Mme Gosselin, le fait que la jeune femme ait quitté le pays pour aller visiter ses parents en Martinique alors qu'elle était en attente du renouvellement de son visa a pu jouer contre elle.
« Elle ne pouvait quitter le pays en attendant. Elle avait alors un statut implicite, ce qui lui permettait de rester au Canada autant qu'elle voulait durant l'attente. Mais elle ne pouvait quitter le Canada. »