Éthique et de culture religieuse: des locaux pour accueillir les élèves "retirés"

Les parents de Valcourt ont fait savoir mardi leur intention d'aller de l'avant avec un boycott du nouveau programme d'éthique et de culture religieuse, et ce, dès la rentré scolaire, prévue pour le 27 août.
Les parents de Valcourt ont fait savoir mardi leur intention d'aller de l'avant avec un boycott du nouveau programme d'éthique et de culture religieuse, et ce, dès la rentré scolaire, prévue pour le 27 août.
Aucun local n'étant disponible dans les écoles primaire et secondaire de la municipalité pour accueillir les élèves dont les parents désirent participer au boycott, la Coalition pour la liberté en éducation (CLE) a dû se tourner vers la communauté.
"Nous disposerons gratuitement de la salle paroissiale pour les élèves du secondaire et moyennant certains frais, nous aurons accès au Ciboulot, situé tout près de l'école primaire de Valcourt", annonçait fièrement le coordonnateur du boycott, Sylvain Lamontagne.
"Nous suggérons aux parents d'appeler ou d'écrire une note à l'école pour que leur enfant puisse quitter le cours au niveau secondaire. Au niveau primaire, les parents qui ne peuvent se présenter à l'école pour retirer leur enfant de la salle de classe pourront mandater pour cette tâche une tierce personne, en l'occurrence un bénévole, via le formulaire d'urgence de l'école", explique Sylvain Lamontagne.
Encadrés par des bénévoles
Les jeunes touchés par le boycott seront encadrés par des bénévoles pendant que leurs camarades de classe suivront le nouveau cours. "Il n'est pas question de ne rien faire. Nous attendons les suggestions de tout le monde, mais pour l'instant, la possibilité la plus vraisemblable serait de donner le cours d'enseignement religieux, avec des personnes qui ont la compétence de le faire."
Sylvain Lamontagne affirme avoir déjà recruté quelques bénévoles. Il a également tenu à rappeler, au cours de la séance d'information tenue hier à Valcourt, que bien qu'obligatoire, le cours n'est pas sujet à sanction ou à échec et que selon les règles du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, un élève de cinquième secondaire doit réussir le cours d'éthique et de culture religieuse ou celui d'éducation physique pour obtenir son diplôme d'étude secondaire.
Le groupe de parents de Valcourt, qui reçoit déjà l'appui de gens de Montréal, Sherbrooke, Granby et Matane, s'élève contre le cours qu'il considère comme "une atteinte à la liberté de conscience et de religion". "Le gouvernement a agi de façon exécrable, en ignorant nos droits et en se servant des enfants pour changer nos mentalités, bafouant les fondements catholiques de notre société", a lancé Richard Décarie, qui avait fait le trajet de Montréal pour assister à la réunion.
Le cours, qui prévoit l'enseignement de différentes religions et de questions d'éthique, soulève depuis près d'un an l'ire des parents, qui y voient une atteinte à la foi des enfants. "Nous ne voulons pas semer la confusion dans la tête des enfants par l'imposition d'un cours basé sur un amalgame de différentes religions et croyances", a fait savoir la présidente de la Coalition pour la liberté d'éducation, Marie-José Croteau.
Toutes les demandes d'exemption au cours ont été refusées cette année par le gouvernement aux parents de Valcourt.
Une marche de protestation provinciale aura lieu le 18 octobre à Montréal.