Enerkem se lance dans la production d'électricité

Enerkem souhaite ajouter une corde à son arc. En plus de créer du méthanol à partir de matières résiduelles, l'entreprise estrienne ambitionne dorénavant de produire de l'électricité.
<p>Ghislain Bolduc et Esteban Chornet</p>
Destinée aux régions qui ne sont pas déjà branchées, l'idée est de marier le gaz de synthèse que produit Enerkem avec des moteurs à combustion
Si la démonstration est concluante, des milliers de génératrices pourraient fonctionner avec du gaz de synthèse plutôt qu'avec du carburant diesel. Et ce gaz de synthèse serait toujours produit avec des matières résiduelles locales.
« Si deux tonnes de déchets locaux sont utilisés par heure, cela permettrait de produire 2 mégawatts d'électricité et de remplacer à 95 % du temps des appareils fonctionnant au diesel », illustre le député libéral de Mégantic, Ghislain Bolduc, venu annoncer une aide financière du gouvernement du Québec de 1 M $.
Le centre d'excellence de Westbury travaillera durant les trois prochaines années à développer un modèle capable d'être exporté dans le Nord-du-Québec, mais aussi, partout où l'électricité ne se rend pas.
Entre trois et cinq employés s'ajouteront aux 80 travailleurs déjà présents en Estrie.
« Ce qu'on veut, c'est valider toutes les hypothèses que nous avons, explique le chef de la direction technologique, Esteban Chornet. Il faut qu'à la fin, on ait un devis économique qui nous dit que ce projet est intéressant pour des investisseurs. »
Près de 8,5 M $ devront être investis dans le projet, dont 6 M $ par Enerkem. Une aide financière du gouvernement du Québec, dans le cadre du programme Technoclimat, et de Ressources Naturelles Canada complèteront l'investissement.