Émeute de Victoriaville: De Bellefeuille s'en tire pour 500 $

Un autre des émeutiers arrêtés dans le cadre des événements violents survenus à Victoriaville, le 4 mai 2012, a obtenu la clémence du Tribunal, au palais de justice de Victoriaville.
Reconnu coupable de participation à une émeute, le Montréalais Julien De Bellefeuille a obtenu une absolution inconditionnelle de la juge Guylaine Tremblay en échange d'un don de 500 $ versé au Centre d'aide aux victimes d'actes criminels.
La juge a déterminé que l'émeutier avait un passé irréprochable, qu'il constituait un actif pour la société et qu'il n'avait participé à aucune casse en tant que telle. On lui reproche en fait d'être demeuré sur les lieux de la manifestation alors que les policiers lui avaient clairement signifié de se tenir loin des barricades. Le fait qu'il n'ait pas brisé ses conditions de remise en liberté aurait également penché à sa faveur.
L'avocat de la Couronne dans cette affaire, Me Anthony Cotnoir, demandait plutôt à ce que l'accusé fasse l'objet d'une absolution conditionnelle, ce qui lui aurait conféré un dossier criminel. Il désirait que cette absolution soit accompagnée d'une cinquantaine d'heure de travaux communautaires.
Selon Me Cotnoir, les conséquences de l'émeute ont été graves pour toute la communauté et il était nécessaire de dissuader tout autre personne d'adopter un tel comportement.
Rappelons qu'au cours des derniers mois, les Sherbrookois Laurent et Jean-Philippe Robichon-Leclerc ont également obtenu des absolutions inconditionnelles, alors que Jean-Martin Champagne, un récidiviste, s'en est tiré pour 200 heures.