Ce sont des femmes près d'elle et de son milieu qui inspirent la directrice de Promotion des Estriennes pour initier une nouvelle équité sociale (PÉPINES) Jinny Mailhot.

Éloge des Estriennes

Il y a le 8 mars. Et tous les autres jours. À travers le temps et les époques, des femmes inspirent. Une mère, une amie, une icône croise la route d'une autre femme, et c'est le déclic. Portraits de femmes inspirées qui parlent de femmes inspirantes.
En tant que directrice de Promotion des Estriennes pour initier une nouvelle équité sociale (PÉPINES), un organisme qui favorise l'implication des femmes dans les lieux décisionnels, Jinny Mailhot côtoie quotidiennement de nombreuses femmes impliquées dans leur communauté. Pour elle, nul besoin de chercher à l'autre bout du monde pour trouver des femmes inspirantes.
Nicole Bergeron, la conseillère municipale du district de Brompton, fait partie de ces femmes pour qui Jinny Mailhot éprouve beaucoup de respect. «Nicole Bergeron est une femme très accessible. On peut aller la voir et discuter avec elle. Elle est aussi très présente dans le bénévolat.»
Jinny Mailhot apprécie particulièrement le franc-parler de Mme Bergeron. «Elle n'a pas la langue de bois, ce que l'on reproche souvent aux politiciens», fait-elle remarquer.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que la conseillère municipale a été sous le feu des projecteurs au cours des dernières semaines en s'opposant avec ferveur à la disparition de l'arrondissement de Brompton. «Personnellement, je ne suis pas nécessairement en accord avec toutes ses revendications, mais elle fait très bien le travail pour lequel elle a été élue, soit défendre les intérêts des citoyens de Brompton», souligne Jinny Mailhot.
«Elle est très ancrée dans la communauté de Brompton. Elle incarne la saine représentation de la population.»
Dans le domaine culturel, Jinny Mailhot n'a que de beaux mots pour Sylvie Luce Bergeron, la présidente du Conseil de la culture de l'Estrie. Auteure, elle s'est impliquée dans une foule d'organismes culturels de la région au cours de sa carrière, notamment au Salon du livre de l'Estrie et à la Radio communautaire de l'Estrie (CFLX). «Sylvie Luce Bergeron a toujours tout fait pour que la culture occupe une place privilégiée en Estrie», affirme Jinny Mailhot.
Place aux femmes
Se définissant elle-même comme une féministe, Jinny Mailhot ne tarit pas d'éloges pour les femmes qui l'ont inspirée à s'engager à son tour dans la défense de l'égalité entre les sexes. Parmi elles, Nicole Dorin et Christiane Carle. «Nicole Dorin est un monument du féminisme en Estrie», n'hésite pas à dire la directrice des PÉPINES.
Dans les années 80, Nicole Dorin a mis sur pied la Table de concertation des groupes des femmes en Estrie, aujourd'hui connu sous le nom de Concertaction Femmes Estrie. «Encore aujourd'hui, elle est très allumée et a plein de projets. J'espère vraiment être comme elle à son âge», confie Jinny Mailhot.
Christiane Carle a quant à elle eu une influence encore plus directe sur Jinny Mailhot, puisqu'elle est une ancienne présidente des PÉPINES. «C'est une femme stratégique qui comprend les enjeux. Elle a su développer un large réseau de contacts qui lui a permis de donner plus de visibilité au mouvement des femmes en Estrie.»
Christiane Carle est aujourd'hui directrice du Centre d'intégration au marché de l'emploi (CIME), un organisme qui a pour mission d'intégrer les femmes dans toutes les sphères du marché du travail, y compris dans les métiers non traditionnels.
«Encore plus proche, il y a ma belle-mère Louise Savard qui est un grand modèle pour moi», confie Jinny Mailhto. Louise Savard a été directrice générale de la Commission scolaire des Bois-Francs de 2000 à 2010. Elle semble en tout cas avoir réussi à transmettre à sa belle-fille sa passion pour le milieu scolaire, cette dernière ayant été élue commissaire à la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke en octobre dernier.
«Il y a aussi ma maman qui a été un modèle extraordinaire pour moi, mais j'en parlerai peut-être une autre fois», s'exclame Jinny Mailhot en riant.