Jean Charest

Élection: le PLQ tarde à choisir un représentant

Ce n'est vraisemblablement pas avant le déclenchement des élections que le candidat duParti libéral du Québec dans la circonscription de Sherbrooke sera connu.
Le président du PLQ dans Sherbrooke Camille Picard explique que plusieurs personnes souhaitent succéder àJean Charest comme candidat libéral dans Sherbrooke pour affronter l'actuel député péquiste Serge Cardin.
Le député Cardin a été confirmé comme candidat officiellement candidat pour le Parti québécois dans Sherbrooke la semaine dernière.
«C'est certain qu'il y a longtemps que nous n'avons pas vécu pareille situation dans Sherbrooke. Depuis 1998, nous n'avions pas à nous poser la question avec la présence de Jean Charest comme candidat et député de la circonscription. Nous avons au moins un membre de notre exécutif qui a manifesté de l'intérêt pour se présenter aux prochaines élections. D'autres candidats intéressants ont aussi déposé leur candidature. Nous croyons que ce sera un candidat de Sherbrooke qui va se présenter ici», assure M. Picard.
Le président de l'Association libérale de Sherbrooke explique qu'il demeure difficile d'annoncer un candidat tant que les élections ne sont pas officiellement déclenchées.
Un couronnement?
«Nous sommes à la merci du gouvernement en place. Nous ne contrôlons pas l'agenda. Dans un tel contexte, il y a de fortes chances que nous assistions au couronnement d'un candidat lors de l'investiture étant donné que les délais seront plus serrés. C'est certain que ce serait plus facile si la date des élections était connue», explique Camille Picard qui a été député libéral de Johnson en 1980, alors que Claude Ryan était le chef du PLQ.
Lors de l'élection du 4 septembre 2012, Serge Cardin a battu Jean Charest dans la circonscription de Sherbrooke par une majorité de 2642 voix. Cardin a été élu dans un gouvernement minoritaire du PQ avec 42 pour cent des voix contre 35 pour cent pour le premier ministre sortant.
Jean Charest avait battu Marie Malavoy lors de l'élection générale de 1998, mais sans que son parti prenne le pouvoir. Ce n'est qu'en 2003 que Jean Charest est devenu premier ministre du Québec.