Écrasement d'un avion d'Air Algérie: une Sherbrookoise était à bord

L'écrasement d'un vol d'Air Algérie, jeudi, en Afrique aurait fait une victime de l'Estrie, a appris La Tribune.  Effectivement, le nom de la Sherbrookoise Isabelle Prévost figure sur la liste des passagers du vol AH5017 assurant la liaison Ouagadougou-Alger.
<p>Isabelle Prévost</p>
Âgée dans la mi-trentaine, Isabelle Prévost est la mère de trois jeunes enfants âgés de 5, 7 et 9 ans. En visite avec des amis au Burkina Faso, elle réalisait un vieux rêve soit celui de visiter l'Afrique. Elle était partie sans son conjoint Danny Frappier.
La famille a eu un appel tôt jeudi matin de la part de la famille du Burkina Faso qui hébergeait la Sherbrookoise. En après-midi, la liste officielle fournie par l'Ambassade canadienne confirmait la présence de Mme Prévost sur le vol qui s'est écrasé.
La Sherbrookoise fait ainsi partie des cinq Québécois qui se trouvaient sur le vol d'Air Algérie.
La tragédie semble s'acharner sur la famille de la victime. Le neveu de Mme Prévost et M. Frappier est notamment décédé en mai 2013, à l'âge de 18 ans, à la suite d'un accident de la route. « Si vous saviez tous les décès et toutes les épreuves qu'on a traversées au cours des 15 derniers mois », a déclaré Caroline Landry, belle-soeur d'Isabelle Prévost et mère du jeune homme décédé accidentellement, Yves Frappier. 
110 passagers
L'avion transportant 110 passagers, dont des Canadiens, et six membres d'équipage affrété par la compagnie Air Algérie a disparu, jeudi matin, alors qu'il survolait le ciel du Mali, en Afrique de l'Ouest.
Le premier ministre Stephen Harper a confirmé jeudi après-midi qu'il y avait des Canadiens à bord du vol AH 5017.Ils seraient cinq, selon le ministère des Transports du Burkina Faso.
M. Harper s'est dit consterné: «Nos pensées et nos prières accompagnent les familles et amis des passagers et des membres d'équipage qui ont perdu la vie dans cette tragédie».
Il a ajouté que le gouvernement canadien est en contact avec les autorités concernées sur place et fournit son assistance sur le terrain en fonction des besoins.
Il est peu probable que les noms des Canadiens soient dévoilés publiquement ce jeudi, puisque la procédure normale est d'aviser les familles d'abord, a précisé le bureau de la ministre d'État des Affaires étrangères et consulaires du Canada, Lynne Yelich.
Le ministre français des Affaires étrangères affirme que l'avion d'Air Algérie s'est «probablement écrasé» dans le nord du Mali. Laurent Fabius a déclaré qu'il n'y avait «aucune trace» de l'appareil.
Dans un message publié sur Twitter, Air Algérie écrit que l'avion se serait écrasé à Tilemsi, à 70 kilomètres de Gao.
Une personne vivant dans un village à environ 80 kilomètres au sud de la ville de Gossi a affirmé avoir vu un avion s'écraser tôt jeudi, selon le général Gilbert Diendere, qui dirige le comité de crise mis sur pied au Burkina Faso.
«Nous croyons qu'il s'agit d'une source fiable, puisque l'information correspond aux dernières images radar de l'avion avant que le contact ne soit coupé avec les contrôleurs aériens», a-t-il dit. Le général Diendere ajoute par ailleurs que les données radar suggèrent que l'appareil a modifié sa trajectoire.
Deux chasseurs français se sont joints aux appareils qui survolent le nord du Mali à la recherche de l'avion MD-83. Environ la moitié des passagers sont français. «Les recherches se concentrent pour l'instant sur une vaste zone du territoire malien, autour de la région de Gao», a précisé M. Fabius.
L'appareil MD-83, qui appartient à la compagnie espagnole Swiftair, avait quitté Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, et devait se poser à Alger. Un communiqué d'Air Algérie, diffusé par l'agence de presse algérienne APS, précise que les services de navigation aérienne ont eu leur dernier contact avec le vol AH 5017 environ 50 minutes après son décollage.
La trajectoire de l'appareil restait incertaine. Ouagadougou est pratiquement en ligne droite au sud d'Alger, survolant le Mali, où des conflits perdurent dans le nord.
Swiftair, transporteur privé espagnol, a indiqué que l'équipage incluait deux pilotes et quatre agents de nord.
La France déploie ses moyens dans la région pour repérer des traces de l'appareil. Les Algériens et les forces des Nations Unies font de même, a précisé M. Fabius. «Deux Mirage 2000 basés à Niamey effectuent des vols de reconnaissance. Nos moyens militaires dans la région, y compris médicaux, sont mobilisés», a-t-il ajouté.
-Avec Associated Press et Claude Plante