Du soleil plein la tête

Dans la vie, Hani Ferland, c'est un vrai petit soleil sur deux pattes. Genre. Anyway, ses suggestions musicales de la semaine sont particulièrement ensoleillées...
Philémon Cimon
L'été
AudiogramDe gros flocons ouateux tombent sur Sherbrooke, soufflés par un fort vent d'ouest qui fait plisser la face des piétons pressés. Pourtant, c'est la saison estivale dans mes oreilles alors que j'écoute le nouvel album de Philémon Cimon. Soleil dans ma tête, doigts de pieds en éventail, cocktail bu à même un ananas.
L'été, signé sur Audiogram, fait suite aux Sessions cubaines du chanteur (jadis baptisé Philémon chante) qui avait vu le jour en 2010 sous bannière indépendante.
On a affaire ici à 12 titres, coréalisés avec Philippe Brault, complice de longue date. Y ont pris part une palette colorée de musiciens issus des trois univers qui façonnent Philémon: hispanophone, francophone et anglophone. S'y côtoient, entre autres, Sarah Pagé (Barr Brothers) à la harpe et au vocal sur quelques refrains; Nicolas Basque (Plants and Animals) à la gratte; Papacho, cousin de l'artiste en provenance du Mexique pour le piano; Guido Del Fabbro aux cordes et Néstor Rodriguez, débarqué de la Havane, qui a gracieusement offert son souffle pour les notes au saxophone.
L'orchestration se fait riche et délicieusement apprêtée. À la console, Howard Bilerman (Arcade Fire, Basia Bulat) gère le tout de main de maître.
Philémon Cimon y déploie une voix chaude, envoutante et atypique sur des mélodies parfois caressantes (Quel été; Je veux de la lumière), d'autres fois lumineuses et entraînantes (Julie july; Au cinéma).
Mais L'été s'étend au-delà de l'album alors que Philémon, dans une volonté de prolonger le plaisir, a demandé à onze écrivains de talents de s'approprier les pièces et d'en faire des textes à leur sauce. Ont donc prêté leur plume respective: Samuel Archibald, Fanny Britt, Élise Turcotte, Éric Dupont, Simon Boulerice, Bruno Hébert, Lucie Bergeron,
Mathieu Laliberté, Guillaume Arteau et Venetia Gittes. Le recueil est disponible en téléchargement à l'achat de l'album. On peut aussi se le procurer sur la boutique en ligne d'Audiogram (boutiqueaudiogram.com).
L'été, un album qui réchauffe de belle façon le mautadit hiver.
Monogrenade
Composite
BonsoundPlanant le nouvel album de Monogrenade? Totalement. Capable de groove le nouvel album de Monogrenade? Aussi.
Toute la semaine, j'ai tenté d'écouter avec attention le Monogrenade nouveau, une suite à sa première carte de visite, Tantale, qui a jadis permis au groupe de se tailler une place dans la sphère musicale québécoise et d'attirer l'attention des mélomanes de notre Mère-Patrie.
Mais toute la semaine, j'ai échoué à l'écoute, butée dès les premières notes de Portal, une courte pièce instrumentale qui avait de la difficulté à m'atteindre.
Pourtant, passée l'entrée en matière, j'y ai découvert un bel univers onirique tissé de keyboard, d'électro, de funk et de pop. Une grande place est laissée aux cordes envoutantes qui donnent l'illusion de valser avec les mélodies.
Monogrenade aurait le chic pour signer des trames sonores au cinoche (Le fantôme s'y
prêterait magnifiquement).
La voix du chanteur et réalisateur Jean-Michel Pigeon s'envole doucement en filet ténu et évoque par moment Peter Peter ou Louis-Jean Cormier.
Notons la jolie présence vocale de Marie-Pierre Arthur sur J'attends et Labyrinthes.
Composite s'avère être un beau trip de musiciens talentueux qui maitrisent à fond leur art. Il trouvera écho dans le coeur des mélomanes adeptes d'apesanteur mentale.