Du cannabis et des pilules

Il n'y aurait rien de concret sur la table mais par prévoyance, les élus sherbrookois ont déterminé que c'est dans le parc scientifique voisin du CHUS-Fleurimont que se passera la production de marijuana à des fins médicales si jamais la Ville est saisie d'une demande en ce sens.
Pourquoi pas ? Ce serait dans le même créneau que l'usine de pilules qui se voudrait l'ultime étape du projet prometteur d'analgésiques contre la douleur, mené par des chercheurs de l'Institut de pharmacologie de Sherbrooke.
À lire dans La Tribune de jeudi.