Doutez de « vous »!

C'est une des erreurs les plus fréquentes en français écrit. Beaucoup de gens n'y voient que de feu.
Ils se retrouvent avec le pronom personnel « vous » suivi d'un verbe se terminant par le son [é]. Ils n'ont alors même pas l'ombre d'un doute et ils écrivent spontanément « veuillez vous dirigez », comme dans cet écriteau, ou alors des phrases similaires comme « vous allez vous couchez », « voulez-vous vous parlez? », « il va vous tuez »... 
C'est logique, non? Après « vous », il faut écrire « ez ».
Malheureusement, ici, la logique est ailleurs. Il faut développer une forme d'instinct et se rappeler qu'un verbe à l'infinitif peut suivre un pronom qui n'est pas son sujet, par exemple lorsqu'on écrit « nous allons nous coucher ». Jamais il ne vous viendrait à l'idée d'écrire « nous allons nous couchons ».
Encore une fois, c'est la terminaison en [é] qui est source de tous les maux.
Heureusement, le bon vieux truc de remplacer le verbe en er par un autre en ir, en oir ou en re fonctionne encore dans ce contexte.
On s'aperçoit alors très vite qu'on écrirait « veuillez vous asseoir » et non « veuillez vous assoyez », « vous allez vous abstenir » et non « vous allez vous abstenez », « voulez-vous vous taire? » et non « voulez-vous vous taisez? », « il va vous faire mal » et non « il va vous faites mal »...
Le meilleur conseil que je peux vous donner (et non « donnez »), c'est de toujours douter de « vous »!
Ne manquez pas la chronique Séance d'orthographe tous les samedis dans La Tribune.
Vous avez croqué des perles de toutes sortes? Vous pouvez nous les faire parvenir à l'adresse suivante : steve.bergeron@latribune.qc.ca.