Deux événements gastronomiques simultanés : le centre-ville craint le dédoublement

Les amateurs de gastronomie sherbrookois seront manifestement comblés lors de la fin de semaine du 17 mai, alors que deux événements mettant en vedette la nourriture devraient se dérouler simultanément à Sherbrooke. En effet, pendant que le Festival du Bacon se tiendra sur la rue Wellington, le Marché de la gare accueillera pour sa part le Festival international de cuisine de rue.
<p>Jean-François Bédard</p>
Si tout le monde s'entend pour dire que les assiettes seront bien remplies, certains ont peur que les deux événements le soient moins. «Il y a un petit peu un clash, ce sont deux événements qui visent la même clientèle et qui ont lieu en même temps», déplore Jean-François Bédard, président de l'Association des gens d'affaires du centre-ville de Sherbrooke.
Celui-ci redoute que la tenue simultanée des événements dilue les visiteurs. «C'est sûr que ça nous plaît plus ou moins parce qu'on trouve que c'est de dédoubler l'offre qu'on va faire dans le centre-ville.»
Des commerçants du Marché de la gare, qui font partie de l'Association, craignent pour leur part d'avoir de la difficulté à assurer une présence forte aux deux endroits en même temps.
Selon M. Bédard, lorsque l'Association a été approchée par la promotrice qui organise le Festival du bacon, plusieurs membres ont embarqué avec enthousiasme dans le projet. Or, il y a environ deux semaines, le mot a commencé à circuler qu'un autre événement gastronomique aurait lieu en même temps. «Encore une fois, il va se passer quelque chose dans notre secteur et on n'a pas été consultés», affirme M. Bédard, faisant référence notamment à la décision de Destination Sherbrooke d'occuper cet été la place Nikitotek avec un concert country.
Une affaire de promoteurs privés
Contrairement à la gestion de la place Nikitotek, l'organisation du Festival international de cuisine de rue ne relève pas de Destination Sherbrooke, se défend le président de l'organisme Denis Bernier. «Ce sont deux initiatives privées qui tombent en même temps», affirme-t-il.
Le Festival international de cuisine de rue bénéficiera de financement de la part de Destination Sherbrooke, par le biais de son Fonds de développement récréotouristique. Les deux festivals avaient présenté un dossier, mais seulement celui qui se tiendra au Marché de la gare a été retenu.
Une «multitude de raisons» peuvent faire qu'un événement est subventionné plutôt qu'un autre, explique M. Bernier. Une grille d'analyse permet à un comité externe de se pencher sur les projets et de leur attribuer des points, qui détermineront ceux qui pourront bénéficier de financement. Des 23 projets présentés cette année, 17 ont été acceptés.
M. Bernier espère que les deux festivals viendront se compléter. «Ce sont deux projets valables et très intéressants qui s'inscrivent dans l'offre de tourisme gourmand», dit-il.
Le directeur rejette toute responsabilité quant à la tenue d'une consultation du milieu des affaires dans ce projet. «La consultation incombe au promoteur», dit-il, puisqu'il ne s'agit pas d'un projet porté par Destination Sherbrooke comme l'est le spectacle de la place Nikitotek.