Deux démissions au c.a. de Destination Sherbrooke

Souvent sous le feu des projecteurs, l'organisme Destination Sherbrooke est ébranlé par la démission de deux membres de son conseil d'administration. La Tribune a appris que Daniel Schoolcraft et Claude Castonguay ont quitté leurs fonctions en raison d'un désaccord sur les orientations de l'organisme voué à la promotion touristique de la ville.
<p>Rémi Demers</p>
Le récent lac-à-l'épaule tenu par les élus sherbrookois a été l'élément déclencheur de cette « période de turbulence » au sein du comité de direction de Destination Sherbrooke, mentionne son président, le conseiller Rémi Demers.
« C'est la Ville de Sherbrooke qui donne les mandats que doit effectuer Destination Sherbrooke, dit-il. Des orientations ont été prises au lac-à-l'épaule et c'est ce qui semble avoir provoqué les deux démissions. »
« Nous devons tenir compte de ce que les gens nous disent », observe M. Demers, nouvellement nommé président du c.a. de Destination Sherbrooke. « J'aurais aimé pouvoir les retenir. J'ai eu une bonne discussion avec Daniel et Claude et les autres membres du c.a. Si j'avais eu le choix, j'aurais voulu qu'ils continuent avec nous. »
<p>Daniel Schoolcraft</p>
Joint à ce sujet, M. Schoolcraft n'a pas voulu trop élaborer sur la cause exacte de sa démission après, souligne-t-il, plus d'une décennie d'implication au sein du développement touristique à Sherbrooke. « On ne peut pas nous donner des pouvoirs et nous les enlever après, lance l'homme d'affaires. Je ne veux pas passer pour une marionnette. »
« Je ne voulais pas que Destination Sherbrooke soit considéré comme un service municipal. C'est plus que ça. J'ai eu l'occasion de m'exprimer devant les membres du c.a. C'est une question de principe pour moi. Je suis surpris que seulement deux membres du c.a. aient démissionné. »
Au fameux lac-à-l'épaule, ajoute M. Demers, il a été décidé d'explorer la possibilité de confier la gestion des parcs natures et des pistes cyclables à la Ville de Sherbrooke. Il y a aussi un impact au chapitre des finances de Destination Sherbrooke, car une réduction budgétaire est envisagée. « Les membres qui ont démissionné du c.a. ne voulaient pas jouer un rôle de figurant et ne partageaient pas cette vision », résume Rémi Demers.
« Ça s'est fait en tout respect, je tiens à le dire. Mais ces démissions me désolent. MM. Schoolcraft et Castonguay ont eu une contribution exceptionnelle au sein de Destination Sherbrooke. Quand on fait partie d'un conseil d'administration, il faut y croire, croire dans la possibilité de changer les choses. »
« Le rôle d'animation des parcs natures à portée touristique demeurerait entre les mains de Destination Sherbrooke. C'est un rôle dont notre organisme s'acquitte bien. »
M. Demers refuse de considérer que Destination Sherbrooke vit une crise à la suite de ces deux démissions. Le conseil d'administration compte en tout 13 membres, dont quatre élus municipaux, soit Serge Paquin, Danielle Berthold et Diane Délisle, en plus de M. Demers.
Ce dernier croit être en mesure de trouver des personnes pour remplacer Daniel Schoolcraft et Claude Castonguay à la suite de la prochaine réunion du groupe prévue pour le mois d'août.