Deux autres bières

Vous avez entendu cette publicité à la radio? Celle où on entend des pschhhht de canettes de bière qu'on ouvre? On célèbre l'arrivée de l'été : pschhht! L'ouverture de la piscine : pschhht! La fois où on a battu le beau-père au golf : pschhht, pschhht, pschhht! La pub fait la promotion du recyclage et veut nous rappeler de ne pas jeter nos contenants aux ordures. C'est drôlement efficace. Et ça donne soif aussi... Bières et soleil font bon ménage, c'est connu. Deux suggestions houblonnées pour vous cette semaine, question de mettre de la broue dans vos vacances d'été.
Les 100 meilleures bières 2011 (Transcontinental)
Présenté comme le premier guide d'achat des buveurs de bière du Québec, cet ouvrage signé Alain McKenna et Richard Prieur est à la fois distrayant et fort utile. L'édition de 2011 fut la dernière, mais quand on parle de bière, le millésime a peu d'importance, on s'entend là-dessus. Les recettes restent les mêmes, le goût du breuvage devant afficher une constance certaine pour le consommateur. Ce qui fait que les critiques comprises dans ce livre sont toujours d'actualité, trois ans plus tard. Mais les tests de dégustation ne sont pas ce qu'on retrouve de plus intéressant dans cet ouvrage. Les « tops » vous enchanteront; top 10 des bières au goût léger, top 10 des bières en canette pour le camping, même un top 10 des bières qu'il faut éviter à tout prix! Aussi, comment choisir le bon verre pour la bonne bière? Chope, flûte, pinte ou ballon? Chaque bière a son verre idéal pour révéler ses qualités et son caractère. Les auteurs prennent bien le temps de nous décoder le tout, petits graphiques à l'appui. Très pratique. Enfin, leur palmarès des meilleures bières est franchement divertissant, informatif et fait une belle place aux produits du Québec. Sherbrooke y est bien représentée avec la Bishop's Best Bitter du Lion d'Or de Lennoxville, un classique de la place.
Beer Wars (2009)
Pour les amateurs de houblon, ce documentaire est un must à consommer lors d'une journée pluvieuse. Ce film porte sur la lutte entre les multinationales américaines de la bière et les microbrasseries chez nos voisins du sud. On voit les petits producteurs partir à la chasse aux consommateurs dans les bars des grandes villes, leur glacière à la main, pour tenter de faire connaître leurs produits. C'est David contre Goliath, une guerre de tous les instants entre des géants qui tiennent à conserver leurs parts de marché et des brasseurs plus modestes qui offrent un produit beaucoup plus goûteux. La plupart des Américains n'ont jamais eu accès à autre chose que les grandes marques populaires en matière de bière, raconte le patron de la brasserie Samuel Adams. C'est comme si tout ce que nous connaissions en matière de gastronomie, nous l'avions appris chez McDonald's... Une leçon d'économie passionnante sur LE breuvage préféré des Américains.