Des services médicaux pour huit enfants au CPE Fleurimont

Un projet unique au Québec destiné aux enfants ayant des problèmes de santé importants verra le jour sous la gouverne du CPE Fleurimont, qui offrira un service médicalisé à près d'une dizaine d'enfants. Le dévoilement des projets retenus pour la création de 628 places en services de garde en Estrie a fait bien des heureux, jeudi.
Le CPE La Jardinière, situé sur le site du CHUS Fleurimont, verra son projet de nouvelle installation se concrétiser. Il obtient 79 nouvelles places.L'annonce a été faite par la ministre de la Famille Nicole Léger, en présence du ministre de la Santé et des Services sociaux Réjean Hébert, également député de Saint-François, de même que Serge Cardin, député de Sherbrooke.
Les huit enfants qui pourront être accueillis par le CPE Fleurimont ont des besoins médicaux spécifiques : gavage, trachéostomie, ventilateurs... « Ce sont des enfants qui ne peuvent généralement pas aller en CPE », explique le directeur général du CPE, David Bélanger. « À l'heure actuelle, on a un projet-pilote en milieu familial, mais le niveau d'exigence est trop élevé », indique-t-il en ajoutant que le projet pourra se vivre en installation.
Le CPE prévoit une nouvelle construction sur la rue Lavigerie à Sherbrooke, près de Galt Est, pour le début 2016. Ce sont les listes d'attente de pédiatrie du CHUS qui permettront de voir quels enfants pourront bénéficier de ces services. La nouvelle installation permettra également d'accueillir environ 72 enfants de groupes réguliers.
L'initiative est menée en collaboration avec le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS) et différents intervenants (CSSS et partenaires privés). La nouvelle installation offrira aussi des services personnalisés aux enfants présentant des besoins particuliers, comme des difficultés langagières et d'adaptation.
La directrice du Regroupement des centres de la petite enfance (RCPECE), Martine Staehler, s'est réjouie de ces nouveaux services. « Ce sont des enfants qui sont très difficiles à intégrer dans des services de garde. Pour les familles, c'est très difficile. Ça permet aux parents d'avoir un répit et ça permet aux enfants de socialiser. »
Au total, le CPE Fleurimont obtient 90 places; l'ajout de 10 d'entre elles permettra d'agrandir l'installation Mimi-coco. Les deux projets totaliseront des investissements de près de 2,5 M$ et créeront une vingtaine d'emplois.
Avec l'obtention de 79 places, le CPE La Jardinière pourra avoir une nouvelle installation sur les terrains du CHUS Fleurimont.
La directrice du CPE, Julie Messier, et la directrice générale du CHUS, Patricia Gauthier, étaient très heureuses. Il s'agit d'un excellent outil pour attirer et retenir la main-d'oeuvre, note Mme Gauthier. « Cinquante pour cent du personnel infirmier a moins de 35 ans. On a une liste d'attente importante », observe-t-elle.
La création de ces quelque 628 places avait été annoncée en février dernier.
Mme Léger a également dévoilé les projets retenus dans le Centre-du-Québec, qui permettront la création de 361 places à contribution réduite. La mise en oeuvre de ces projets débutera en 2014 et se poursuivra graduellement jusqu'en 2016.
Par ailleurs, même si le groupe de travail formé par la ministre Léger propose d'augmenter la contribution des parents dès maintenant et de l'indexer annuellement par la suite, la ministre n'entend pas augmenter les tarifs des garderies à 7 $ par jour pendant le présent mandat.
Il s'agit d'un engagement que le Parti québécois a pris, a-t-elle fait valoir. Ces tarifs sont gelés depuis 2004. La ministre a demandé à ses fonctionnaires d'analyser les impacts d'une indexation.
Parmi les autres projets retenus en Estrie, on compte également à Sherbrooke le CPE Les amis du globe de Sherbrooke (60 places), Le Bilboquet (42 places), la Coop de solidarité du CPE Jardin D.A.M.I.S (76 places) et à Asbestos, le CPE La Sourcière (64 places).