Des parents de Barnston retirent leurs enfants

De plus en plus inquiets des maux de tête et de gorge persistants, ainsi que de l'état de fatigue permanente de leurs enfants, des parents ont décidé de retirer leurs trois fils de l'école St-Luc de Barnston, où l'on avait détecté des problèmes de moisissures à l'automne dernier.
Par souci pour leurs enfants, ceux-ci souhaitent conserver l'anonymat. « Ça n'a pas été une décision facile, confie le père. Mon épouse et moi en avons longtemps parlé et nous en sommes venus à la conclusion qu'il valait mieux qu'ils perdent leurs amis que leur santé. Au début mes trois mousquetaires étaient fâchés, mais ils ont rapidement compris et accepté notre décision. Depuis qu'ils sont à la maison, ils pètent le feu! », ajoute-t-il en riant.
Bien décidés à mettre un terme aux symptômes de maladie de leurs enfants, les parents ont entrepris des démarches afin d'assurer leur transfert dans une nouvelle école. « En vertu de l'article 4 de la Loi sur l'instruction publique, en début d'année les parents ont le droit de choisir l'école où ils souhaitent envoyer leurs enfants, explique Martial Gaudreau, directeur des services de l'enseignement à la CSHC. Ils peuvent toutefois en faire la demande en cours d'année scolaire si les motifs sont jugés importants. Il s'agit d'une clause exceptionnelle puisqu'un changement d'école n'est pas une situation idéale pour la réussite de l'enfant. Dans le cas présent et considérant qu'il s'agit de problèmes liés à la santé de leurs enfants, nous avons demandé aux parents d'obtenir un avis de leur médecin. »
Le rendez-vous avec le médecin de famille est d'ailleurs prévu pour demain. Entre-temps, les parents, en collaboration avec les enseignantes, voient à ce que les enfants effectuent leurs travaux scolaires et poursuivent leur apprentissage à la maison.
Rappelons que, suivant une inspection complète du bâtiment en décembre dernier, des travaux correctifs avaient été effectués durant la période des Fêtes en l'absence des élèves, mais n'avaient pu être complétés. Lors d'une rencontre d'information du 9 janvier avec les parents d'élèves, le directeur général de la Commission scolaire des Hauts-Cantons, Bernard Lacroix, avait estimé l'achèvement des travaux dans un délai de deux semaines, mais ceux-ci se poursuivront jusqu'au 31 janvier.
On avait aussi promis aux parents de minimiser les désagréments en effectuant les travaux en dehors des heures de classe, ce qui a été fait en partie : « 90 % des travaux ont été réalisés à partir de 15 h après la fermeture des classes, précise Marie-Claude David, conseillère en communication à la CSHC, mais 10 % des travaux ont dû être effectués sur les heures de classe, principalement en raison de la disponibilité des divers corps de métiers, de même que pour s'assurer que les correctifs soient apportés le plus rapidement possible ».
D'autre part, en attendant les résultats des tests de la qualité de l'air, lesquels ont été effectués en fin de semaine dernière, et suivant l'évaluation de l'information disponible à ce jour, la CSHC et la Direction de la santé publique ont décidé d'un commun accord de maintenir l'école ouverte. Entre-temps, une enquête sur l'état de santé des élèves et de tous les membres du personnel devrait débuter aujourd'hui par l'entremise d'un questionnaire. Advenant que les résultats des tests de la qualité de l'air et du questionnaire se révèlent positifs, la CSHC se penche déjà sur différents scénarios visant à relocaliser temporairement les élèves et le personnel enseignant. « On veut être prêts », déclare Martial Gaudreau.
Les parents sont conviés à une nouvelle rencontre d'information qui se tiendra le mardi 4 février à 19 h à l'école Saint-Luc.