Des coccinelles par dizaines, par centaines parfois, ont envahi l'Estrie dimanche.

Des nuages de coccinelles envahissent la région

Des coccinelles par dizaines, par centaines parfois, ont envahi l'Estrie dimanche. Ces jolies petites bestioles rouges à point noirs, qui se déplaçaient parfois tels des nuages, ont tapissé les murs extérieurs et se sont aussi faufilé à l'intérieur par toutes les fissures possibles qu'elles ont pu trouver autour de la maison.
Que s'est-il passé pour les voir ainsi soudainement voler autour et dans nos résidences, dimanche, sans d'autre avertissement qu'un beau ciel bleu et un soleil généreux de sa présence?
 
«C'est simplement le temps de l'année où elles apparaissent. C'est notamment en lien avec le fait que les fermiers commencent à couper leurs champs de maïs, où les coccinelles ont tendance à se réfugier. Elles cherchent donc un endroit où rentrer. Par contre, on est un peu en avance cette année et elles semblent être beaucoup plus nombreuses que l'an passé», explique le vice-président de la compagnie d'extermination sherbrookoise Groupe Cameron, Guy Cameron.
Leur arrivée annuelle fut si spectaculaire qu'elle a provoqué «des centaines d'appels» chez le groupe d'exterminateurs, tant les citoyens furent inquiétés par l'arrivée massive de l'insecte volant.
«La température a monté jusqu'à 18 degrés Celsius dimanche, c'était donc une journée idéale pour les coccinelles. Dans les prochaines semaines, jusqu'à l'été des Indiens environ, on continuera d'ailleurs de les voir lors des belles et chaudes journées», fait savoir M. Cameron.
Les coccinelles, une fois l'automne venu, cherchent à rentrer à l'intérieur des maisons pour s'y cacher, s'agglomérer ensemble et y passer l'hiver. Une fois qu'elles sont à l'intérieur, il est donc nécessaire de les faire sortir, que ce soit par un bon coup de balai ou en passant l'aspirateur.
«Par contre, elles ne se reproduisent pas à l'intérieur», tempère l'exterminateur, ce qui évite ainsi le risque de les voir se multiplier par dizaines dans sa demeure.
Et que faire pour éviter qu'elles ne logent chez nous, comme de la visite qu'on ne veut pas voir s'éterniser?
«Il n'y a pas grand-chose à faire ni de produits à utiliser. Il faut calfeutrer tous les trous possibles autour de la maison, rendre la maison la plus hermétique possible», soutient Guy Cameron.
Le petit insecte rouge à point noirs n'est pas dommageable pour l'humain. Dans l'écosystème, il sert de nourriture aux oiseaux.
«C'est un insecte indigène. On n'est pas prêt de les voir partir.»
Un inconvénient pour les humains: la coccinelle sécrète un liquide, une sorte d'acide qui lui sert de protection contre ses prédateurs. Sur des revêtements extérieurs et même sur les murs intérieurs de la maison, la bestiole peut donc laisser des petites tâches et même, dans les cas extrêmes, une odeur.
Il vaut donc mieux s'armer de patience et sourire devant ces nuages de bestioles. Et laisser les enfants s'amuser à ramasser le petit insecte, considéré comme l'un des préférés et des moins répugnants aux yeux des Québécois...