Des motards roulent pour les orphelines de Déliska Bergeron

Jamais le stationnement du 5, rue des Sources n'aura vu autant de cuir et de bandanas. Des centaines de motocyclistes de partout au Québec ont migré vers Windsor pour prendre part à un rassemblement empreint de solidarité et de compassion.
Les motards ont envahi les routes de l'Estrie, de Windsor à Valcourt, dans une randonnée au profit des orphelines de Déliska Bergeron, la jeune mère qui a perdu la vie à l'angle des rues King et Saint-François le 9 juin dernier.
« Quand la tragédie s'est produite, on s'est senti touché, surtout qu'elle laisse trois fillettes orphelines de leur mère et déjà qu'elles ont perdu leur père il y a trois mois, lui qui a été emporté par la maladie. C'est venu nous chercher intimement. Je ne la connaissais pas vraiment, mais j'aurais aimé la connaitre parce que je la trouve courageuse d'avoir été le pilier d'une famille de trois enfants. Moi-même j'ai perdu ma femme donc je peux comprendre la tristesse et c'est pour ça que j'ai voulu aider », raconte Roland Clairvoyant, l'organisateur de la randonnée d'une heure trente.
En 1999, sa femme a subi les foudres du cancer, laissant le père seul avec son enfant de sept ans. Les échos de l'événement ont ravivé une flamme de compassion en lui.
« Chaque personne a la possibilité de faire du bien autour d'elle et je le fais aujourd'hui avec la randonnée de moto », indique-t-il.
Le décès a soulevé son lot de controverse et M. Clairvoyant ne pèse pas ses mots lorsque le sujet de l'intersection est abordé.
« C'est une intersection maudite et le problème ne date pas d'hier. La Ville est au courant, mais on dirait qu'elle ne fait rien pour la rendre plus sécuritaire. On a eu la preuve que quelque chose doit être fait afin que Déliska Bergeron soit la dernière personne à perdre la vie à cette intersection. »
Des apparences trompeuses
À la table de donation, deux bouteilles de plastique d'un gallon remplies de billets verts témoignaient bien de la générosité des motocyclistes.
« La réponse est très forte, on ne s'attendait pas à ça. C'était 10 $ par moto, mais les gens donnent plutôt 20 ou 30. La tragédie les touche vraiment et ça vient de partout, de Montréal, de la Beauce, de Granby... » indique Line Marier qui récoltait les dons.
Parce que la cause les rejoint droit au coeur.
« C'est toujours une bonne cause quand c'est pour les enfants, surtout que l'on en a presque tous ici des enfants », mentionne Lise Charrette de Granby.
« Nous les motocyclistes, on n'a peut-être pas toujours l'air de cela, mais on a le coeur sur la main », ajoute Pierre Massicotte.
« Ça démontre aujourd'hui que les motards ne sont pas tous des bandits », résume Daniel Lacasse.
Les 5628 dollars amassés iront dans une bourse d'études pour les projets de Naomi, Danaé et Alyssa.