Lynda Gauthier a tout de suite choisi Lucky, un Yorkshire d'à peine trois mois extirpé de l'insalubrité de la ferme d'élevage P'tites pattes poilues de Bonsecours en mai dernier.

Des chiots saisis à Bonsecours adoptés à la SPA

Avant que la porte donnant accès à la salle d'adoption ne s'ouvre, une dizaine de personnes peinent à retenir leur fébrilité. Derrière, c'est le coup de foudre qui les attend.
<p>Cathy Bergeron</p>
La Société protectrice des animaux de l'Estrie (SPA-Estrie) organisait mercredi une soirée spéciale d'adoption de chiens provenant de la saisie de l'usine à chiots de Bonsecours survenue le 23 mai dernier. Rappelons que 220 chiens avaient été extirpés de l'endroit : la plus grande saisie de l'histoire de la SPA-Estrie.
« Nous sommes arrivés à 14 h ici et nous partions de Saint-Hyacinthe. Nous avons installé nos chaises et avons attendu jusqu'à 18 h! », soulignaient Ginette Labbé et son mari Jean-Pierre Julien, fiers nouveaux propriétaires du petit Willy. Un coup de coeur, expliquent-ils.
« Nous sommes entrés et c'est le premier que nous avons regardé. Ensuite nous avons fait le tour des autres, mais nous sommes vite revenus, notre choix s'est fait dans la première minute. »
Un choix rapide, en dépit des inquiétudes concernant son état, car comme le soulignait la responsable des communications à la SPA-Estrie, Cathy Bergeron, « ces chiens ne sont pas merveilleux, ils ont besoin de patience et de douceur ». Pour M. Julien et sa femme, la moindre crainte s'est éclipsée dès leur arrivée.
« Le fait que ce soit fait par la SPA fut très important, soutient-il. La façon dont nous avons été reçus, les vétérinaires sur place, les gens qui nous expliquent les défauts des chiens, tout ça était rassurant. »
Une vie de marin attend maintenant Willy puisque ses deux nouveaux maîtres comptent profiter de leur retraite pour se procurer un bateau. « Il est très calme et c'est ce dont nous avons besoin. L'année prochaine, nous souhaitons nous acheter un bateau alors nous avions besoin d'un chien qui va vivre avec nous, il va se faire bercer », détaillait M. Julien, le sourire aux lèvres.
<p>Ginette Labbé avec son nouveau chien.</p>
Un nouveau départ
Après l'annonce du démantèlement, la SPA-Estrie a reçu un nombre impressionnant d'appels de citoyens prêts à offrir une seconde vie aux animaux saisis.
Du nombre, Lynda Gauthier fut l'une des premières à se manifester. « J'avais appelé même avant la saisie pour avoir un chien d'élevage, raconte-t-elle. Quand j'ai vu ce qui s'est passé, je me suis tout de suite dit que j'allais laisser une chance à l'un de ces petits chiots. »
L'heureux élu sur lequel Mme Gauthier a jeté son dévolu est Lucky, à peine âgé de trois mois. « Quand je l'ai vu, j'ai su que c'était lui : comme un coup de foudre! »
La dame fut la première à régler les papiers d'adoption et à blottir son nouveau compagnon sur elle : un réconfort partagé entre le chiot et sa maîtresse. C'est que Mme Gauthier, à l'instar de Lucky, a récemment vécu plusieurs moments éprouvants. De la perte de son mari emporté par la maladie, à celle de son père et finalement son propre combat contre le cancer, Mme Gauthier avoue que l'arrivée de Lucky est comme un rayon de soleil dans sa vie. « Ici, ils l'ont appelé Lucky, c'est vrai qu'il est un coup de chance pour moi, il va surement garder son nom. »
Comme quoi les chiots ne seront pas les seuls à profiter d'un nouveau départ.