Plusieurs centaines de personnes ont effectué la marche du pardon, vendredi, entre l'ancienne église Notre-Dame de l'Assomption et le Sanctuaire de Beauvoir.

Des centaines de pèlerins effectuent la Marche du pardon

D'un côté, il y a les demandes d'apostasie et les propos controversés du pape qui font grand bruit dans les médias. De l'autre côté, il y a encore des gens qui croient en Dieu, et qui cherchent des façons de prouver leur foi. Plusieurs centaines de personnes se sont ainsi réunies vendredi après-midi dans le cadre de la 79e Marche du pardon du diocèse de Sherbrooke, qui se tenait entre l'ancienne église Notre-Dame de l'Assomption et le Sanctuaire de Beauvoir.
Mgr André Gaumond
«Je trouve très intéressant d'assister à une telle manifestation de dévotion populaire, surtout qu'il y a toutes sortes de gens présents: des enfants, des personnes plus âgées!» s'exclame Monseigneur André Gaumond, évêque du diocèse de Sherbrooke.
Le père Jean-Claude Trottier, directeur du Sanctuaire de Beauvoir, était aussi ému de voir tous ces gens réunis pour la marche.
«À Beauvoir, il y a de moins en moins de visiteurs chaque année. La dernière saison a été la plus difficile, surtout parce qu'il y avait une pénurie d'autobus à cause du 400e anniversaire de Québec et du 350e de Sainte-Anne-de-Beaupré. Ça fait donc plaisir de voir autant de gens qui souhaitent être actifs dans leur foi», précise le père Trottier.
Le beau temps de vendredi a certainement contribué au succès de l'événement.
«Il y a moins de monde qu'on pouvait l'espérer en cette journée où il fait plutôt beau, mais on raconte que des petites familles ont profité de l'avant-midi pour faire la marche avec leurs enfants puisque c'est moins compliqué de marcher en dehors de la foule», précise Mgr Gaumond, tout de même bien content de la présence populaire à l'événement.
Et en ces temps économiques difficiles, alors que le taux de chômage frise les 10 %, il y a lieu de se demander s'il y a plus de gens qui vont faire leur tour à l'église, qui visitent le lieu saint dans la recherche d'un peu d'espoir ou de réponses à leurs questions.
«Je n'ai pas de statistiques ou de faits à cet égard. Après un épisode comme celui de la crise du verglas, c'est certain qu'on avait vu une augmentation importante pendant les deux premières semaines. Dans le cas de la crise économique, ce n'est pas le cas. Par contre, ça fait 15 ans que je suis à Sherbrooke et je constate que les célébrations comme celle de Pâques sont de plus en plus populaires chaque année. Ça, c'est une bonne nouvelle», précise Mgr Gaumond.
Les jeunes seront peut-être même nombreux à l'église en cette fin de semaine sainte. Ce sera assurément le cas de Gabriella Brault, 14 ans, et de Mélissa Wuthrich, 17 ans, deux cousines qui faisaient la Marche du pardon en compagnie de papi et de mamie hier. Avec plaisir et intérêt, même, ont-elles assuré.
«On est catholiques. Et on va à l'église quelques fois par année, surtout lors d'événements comme Pâques ou Noël», font savoir les deux jeunes femmes.