Derby de Magog pourrait déménager à Sherbrooke

Déçus de la participation du public à la dernière édition de leur événement, les organisateurs du Derby de Magog entendent réfléchir sérieusement à l'avenir de cette compétition au cours des prochaines semaines. Un déménagement vers Sherbrooke est notamment envisagé.
Certains ont notamment véhiculé que l'édition 2013 du Derby de Magog avait attiré plus de 1000 spectateurs le week-end dernier. Mais, selon le directeur général de l'événement, Richard Brisson, ce chiffre n'a probablement pas été atteint.
« On n'a pas le chiffre précis encore. Mais on est plus autour de 700 à 800 spectateurs. C'est beaucoup moins que notre meilleure année, quand environ 7000 personnes avaient assisté au Derby à la plage des Cantons », note M. Brisson.
Le directeur général de l'événement soutient que les installations du Club Aramis de Magog sont « parfaitement adaptées » à la tenue de courses d'attelages. Cependant, il reconnaît que ce site « est bien mal situé ».
D'ailleurs, Richard Brisson estime que la pointe Merry à Magog constituerait un lieu beaucoup plus intéressant pour tenir le Derby de Magog. « On pourrait faire un feu d'artifice à cet endroit et on aurait plus de facilité à attirer le public en étant là », soutient-il.
Si cette idée le séduit, elle risque de ne pas plaire à la Ville de Magog. En effet, les autorités municipales souhaitent habituellement que la pointe Merry serve à des activités de moindre intensité.
Retour à Sherbrooke?
La première édition du Derby de Magog avait eu lieu à Sherbrooke. Or, M. Brisson révèle que ses collègues du comité organisateur et lui-même analyseront la possibilité d'un retour dans cette ville.
« Cette idée est assez sérieuse, déclare-t-il. À Sherbrooke, ils ont moins de misère à accueillir des événements comme le nôtre. C'est vraiment plus compliqué à Magog, où on n'aide pas les promoteurs à développer », lance Richard Brisson.
Celui-ci assure que les compétiteurs qui participent au Derby de Magog sont généralement satisfaits de l'expérience vécue au terme de leur participation à la compétition.
« Les compétiteurs adorent venir à Magog. Notre événement est le deuxième plus gros en son genre au Québec. Et ce qui est bien pour le milieu, c'est qu'on accueille des gens de l'extérieur qui louent des chambres et dépensent dans la région. »