Déraillement à Nantes : le maire en colère contre la MMA

«Je suis pas du genre chialeux, mais là j'ai mon maudit voyage de la MMA, qui fait tout en cachette et dans notre dos... Après les 47 morts à Lac-Mégantic, est-ce qu'il va falloir qu'il se tue du monde à Nantes avant qu'il se fasse quelque chose de sérieux pour la sécurité?»
Le maire de Nantes Jacques Breton était encore dans tous ses états et très en colère quand La Tribune lui a parlé lundi, à propos du déraillement d'une locomotive de la MMA survenu le 9 janvier, dans le secteur Laval-Nord. Cela a eu pour effet de «prendre en otage» les usagers de la route 161 une partie de l'après-midi, bloquées le temps qu'une grue vienne remettre la locomotive sur ses rails.
«C'est pas normal. Il survient un incident grave sur notre territoire et personne à la MMA a assez de jugeote pour nous prévenir. Ni la directrice générale, Mme Lortitch, ni le chef des pompiers, Patrick Lambert, ni la police, ni moi, personne en autorité n'a été contactée et ne l'a su. Je l'ai appris après coup, par quelqu'un qui m'est arrivé après voir vu ça sur Facebook en plus», déplore le maire à propos de l'événement rapporté vendredi dernier par L'Écho de Frontenac.
Texte complet dans La Tribune de mardi.