Le décès de Chantal Lavigne a eu lieu à Durham-Sud, le 29 juillet 2011.

Décès de Chantal Lavigne: le coroner confirme le coup de chaleur

Au sein d'un rapport qu'il vient tout juste de diffuser, le coroner sherbrookois Gilles Sainton confirme que Chantal Lavigne a bel et bien succombé à un coup de chaleur alors qu'elle participait à une « hutte de sudation » à la ferme Reine de la paix de Durham-Sud. L'événement tragique a eu lieu le 29 juillet 2011.
<p>Chantal Lavigne</p>
Le document a été considérablement écourté par le fait que des accusations ont été portées dans le dossier contre Gabrielle Fréchette, Ginette Duclos et Gérald Fontaine. Ces trois responsables du «traitement» font face à des accusations de négligence criminelle causant la mort et les procédures judiciaires ne sont pas encore terminées. Le procès des co-accusés doit avoir lieu du 13 au 22 octobre prochain.
« Les causes et circonstances du décès seront établies avec plus de détails devant les tribunaux. Il s'agit d'une mort violente secondaire à un coup de chaleur », s'est contenté d'affirmer le coroner, précisant qu'il avait noté une insuffisance multivicérale.
Rappelons que Chantal Lavigne, une mère de deux enfants originaire de Saint-Albert, est décédée à la suite d'un rituel de sudation appelé « mourir en conscience ».
La femme de 35 ans avait été conduite à l'hôpital après plusieurs heures de traitement, au cours desquelles elle et sept autres participants ont été invités à s'enduire de boue et se couvrir de plastique et de couvertures. Les participants devaient ensuite se mettre la tête dans une boîte de carton et hyperventiler