Début de l'enquête à l'école St-Philippe

Comme prévu, la Direction de la santé publique (DSP) de l'Estrie vient d'enclencher une deuxième enquête épidémiologique à l'école St-Philippe de Windsor. L'enquête, qui se déroule sous forme de questionnaires, a toutefois été élargie à l'ensemble des élèves et aux membres du personnel. Elle devait au départ être réalisée auprès de ceux qui avaient déjà présenté des symptômes possiblement liés aux moisissures, mais la donne a changé avec les plaintes d'une dizaine d'enseignants, qui affirment présenter certains symptômes.
Lorsque la Commission scolaire des Sommets (CSS) a reçu le feu vert pour rouvrir l'école primaire l'été dernier à la suite d'importants travaux, la DSP avait dès lors annoncé qu'elle mènerait une autre enquête épidémiologique afin de faire un suivi.
Rappelons que la CSS avait dû fermer l'école en février 2013 et transférer les élèves au Transit de Magog, afin de mener des travaux de décontamination en raison d'importants problèmes de moisissures. La majorité des élèves a réintégré l'établissement en octobre dernier. En décembre, on apprenait que des enseignants disaient présenter différents symptômes.
L'enquête sera finalement réalisée auprès de tous les élèves et des membres du personnel. « La Santé publique a écouté les préoccupations et les inquiétudes des parents et du personnel et a tout simplement décidé d'élargir l'enquête », indique-t-on du côté de l'Agence de la santé et des services sociaux de l'Estrie. L'Agence de la santé n'est pas encore en mesure de dire à quel moment les résultats seront disponibles.