Quatre candidats aux élections provinciales dans la circonscription d'Orford ont participé à une activité organisée par la CCI Magog-Orford lundi. À cette occasion, Denis Spick, Marc-Alexandre Bourget, Pierre Reid ainsi que Michel Breton ont répondu à une série de questions portant sur l'économie.

Débat: l'économie à l'avant-plan dans Orford

Technologies de l'information, relance du tourisme, développement des compétences, création d'emplois manufacturiers, accueil offert aux entrepreneurs et autres. Une activité tenue lundi par la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) Magog-Orford a permis à quatre candidats aux élections dans la circonscription d'Orford de s'exprimer sur plusieurs sujets à saveur économique.
Le député sortant Pierre Reid, le péquiste Michel Breton, le caquiste Marc-Alexandre Bourget ainsi que le candidat d'Option nationale dans Orford, Denis Spick, ont tous les quatre participé à l'activité de la CCI Magog-Orford. Représentant Québec solidaire, Patricia Tremblay n'a pu être présente à cause d'un conflit d'horaire.
Seulement une trentaine de personnes ont pris part à l'activité de la CCI. De nombreuses autres personnes pourront cependant écouter les propos émis par les candidats, leurs réponses aux questions de l'animateur Mathieu Beaumont ayant été captées par TVCogeco.
Bien que les quatre participants n'ont pas eu l'occasion de débattre entre eux, Michel Breton a malgré tout réussi à lancer quelques flèches en direction de son adversaire libéral, élu à quatre reprises depuis 2003.
« Les gens de Stanstead sont découragés et excessivement déçus, a lancé M. Breton, en laissant entendre que Pierre Reid n'a pas livré la marchandise dans cette ville. Il faut passer de la théorie à l'action. J'espère être en mesure de construire un milieu beaucoup plus prospère. »Le député sortant d'Orford aurait sans doute aimé répondre à son adversaire péquiste, mais ce dernier s'est permis d'exprimer de tels propos uniquement à la toute fin. L'activité s'est donc conclue sur ces paroles.
Quelques instants auparavant, M. Reid avait partagé son rêve avec l'assistance. « Je rêve qu'on garde nos jeunes dans la région en leur offrant des emplois de tous les types. Si on fait ça, Magog et sa région resteront un endroit extraordinaire », avait-il lancé, en soulignant être père d'un jeune enfant.
Par ailleurs, Pierre Reid a affirmé qu'il verrait d'un bon oeil le développement du « tourisme patrimonial » dans la région de Memphrémagog. Il a passé les dernières années à promouvoir le tourisme sportif.
Le caquiste Marc-Alexandre Bourget a fait allusion à plus d'une reprise au Projet Saint-Laurent, dont l'objectif est de favoriser la relance de l'économie québécoise. « Ça vient chercher Magog et l'Estrie », a-t-il fait valoir, ajoutant que ce projet générerait plus de 100 000 emplois au Québec.
Se présentant comme une personne capable d'écouter les besoins des municipalités et de la communauté, M. Bourget a soutenu que les habitants de la région de Memphrémagog « méritaient mieux qu'un député libéral ou péquiste ».
Pour sa part, Denis Spick n'a pas caché son parti pris pour l'indépendance du Québec. « On n'a pas peur de parler d'indépendance chez Option nationale, a-t-il souligné. C'est un projet qui permettrait de régler plusieurs choses. Le Québec n'a pas les mêmes valeurs que le reste du Canada et pense différemment. »