L'instigateur du salon des découvertes savoureuses, Yves Chagnon, pose en présence du porte-parole, Philippe Lapeyrie et de Serge Roy, de la direction de l'Estrie du MAPAQ.

De savoureuses découvertes à faire à Sherbrooke

Le terreau fertile de l'Estrie offrira la fin de semaine des 31 janvier et 1er et 2 février un nouvel événement de dégustation, avec le salon des découvertes savoureuses, mettant en présence, au Centre de foires de Sherbrooke, près de 80 producteurs, transformateurs et exposants de diverses régions du Québec, dont l'Estrie.
«Le défi sera de goûter à tout, car parmi les entreprises participantes, certains offriront plusieurs produits. Il y aura de tout, produits laitiers, de l'érable, pâtisseries, charcuterie, produits fins, 12 vignobles différents, etc.», a émis l'instigateur du concept, Yves Chagnon.
Avec la Fête des vendanges Magog-Orford, les Comptonales et une panoplie d'autres activités mettant les produits du terroir en évidence, cette nouvelle vitrine offre une opportunité intéressante, estime le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation (MAPAQ), qui y collabore. «C'est une reconnaissance du travail de nos producteurs et il y a un lien avec la Poilitique de souveraineté alimentaire du Québec, en regard du volet de la valorisation et de la promotion des produits d'ici. L'agroalimentaire c'est le premier secteur manufacturier pour la transformation et c'est un secteur économique stable. En Estrie seulement, c'est un emploi sur huit, assurément un de nos voisins qui travaille dans le secteur, et cela représente 670 millions $ comme produit intérieur brut (PIB)», a résumé le directeur adjoint pour l'Estrie au MAPAQ, Serge Roy. Dans le cas du prochain salon, il a parlé d'un «événement audacieux», en raison de son ampleur et du fait qu'il se tienne en hiver.
Outre les kiosques de dégustation, il y aura des ateliers, conférences, spectacles divers et même la tenue d'un «souper à l'aveugle», avec la collaboration d'étudiants du Centre 24-Juin.
Le porte-parole de l'événement, le sommelier Philippe Lapeyrie, a souligné que cette activité festive se veut également familiale et qu'elle arrive à point. «Ce sera une bonne façon de couper l'hiver en deux», a-t-il illustré.