Dalle de béton à Eugène-Lalonde: l'appel d'offres est lancé

La Ville de Sherbrooke a lancé son appel d'offres pour les travaux de reconstruction de la dalle de béton à l'aréna Eugène-Lalonde. Les firmes intéressées ont jusqu'au 23 avril pour postuler. Les travaux eux-mêmes devraient commencer en mai et prendre fin pour une mise en service le 28 septembre.
Rappelons que des travaux entrepris en avril 2013 visaient à corriger une fissure détectée entre la dalle originale et la dalle construite subséquemment lors de l'érection du Centre multisport Roland-Dussault. Il avait alors été établi que la dalle devrait être reconstruite au complet pour permettre une réouverture en mai 2014.
La Ville de Sherbrooke avait ensuite octroyé, en septembre, un contrat de 74 600 $ au Groupe SM pour modifier les plans et devis en prévision de l'appel d'offres qui vient d'être lancé. Des lacunes liées au type de sol et aux plans lors de la construction en 1981 avaient été mises au jour.
Chef de la division des sports à la Ville de Sherbrooke, Ingrid Dubuc confirme que l'échéancier devrait être respecté. « Depuis le début, l'objectif est de permettre aux trois organismes sportifs concernés de mettre les pieds sur la glace à la fin septembre ou au début octobre. Nous travaillons depuis un an en fonction de cette date-là, qui inclut une marge de manoeuvre dans l'horaire de reconstruction. »
Les athlètes de Hockey Sherbrooke, du Club de patinage de vitesse de Sherbrooke et du Club de patinage artistique de Sherbrooke n'en ont donc plus pour longtemps à faire des compromis. La fin des travaux en septembre devrait aussi permettre la tenue, comme prévu, de toutes les compétitions majeures prévues cet automne ou cet hiver.
« C'est une bonne nouvelle de savoir que la glace sera disponible en septembre. Les représentants des trois sports de glace se sont rencontrés et la répartition des heures se fera sur le même modèle qu'en 2013-2014, explique le directeur général de Hockey Sherbrooke Stéphane Dion. En août, nous sommes en présaison, alors il y a peu d'impacts. En septembre, ce ne sont que 40 % de nos ligues qui sont en activités. »
M. Dion se réjouit de savoir que les travaux seront terminés pour la tenue du Tournoi international bantam en novembre.
Le président du Club de patinage de vitesse de Sherbrooke (CPVS) Bernard Beaupré se dit lui aussi heureux de pouvoir « rentrer à la maison ». Il est par ailleurs rassuré que les rumeurs, qui repoussaient la fin des travaux à la fin de 2014, voire en 2015, soient invalidées. « Nous avons composé avec la situation pendant un an, mais il n'aurait pas fallu que ça s'éternise. S'il y a une année où on pouvait se priver de la glace olympique, c'était cette année. Mais nous avons senti que nos athlètes de haut niveau ont été un peu affectés de s'entraîner sur une petite glace. »
La saison de compétition commençant en octobre, les patineurs ne devraient pas être trop touchés par la tenue des travaux. « Par le passé, connaissant la présence de la fissure, nous avions toujours une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Quand nous tenions des compétitions, il y avait un aspect d'insécurité. Nous avions peur de devoir annuler à la dernière minute si l'état de la glace se dégradait. »
La nouvelle dalle, jumelée à l'installation de bandes amovibles, relance les projets du CPVS d'attirer des compétitions internationales à Sherbrooke.
La réfection de la surface bétonnée du complexe multisport devait initialement coûter 900 000 $. La découverte de problèmes de structure forçant la démolition et le remplacement complet de la dalle entraînera des frais supplémentaires, notamment en raison du contrat octroyé au Groupe SM.