Coupable d'enlèvement et de séquestration

Le juge de la Cour du Québec Jacques Trudel a trouvé le Princevillois Réal Courtemanche coupable d'une série de chefs d'accusation, dont séquestration et enlèvement, vendredi matin, au palais de justice de Victoriaville.
Rappelons que l'homme avait été arrêté, puis accusé pour s'être introduit dans la voiture d'une femme, alors qu'elle faisait ses courses dans un dépanneur de Princeville, le 30 juin 2011, tard en soirée.
Lors de son retour, il l'a menacée à la pointe d'un couteau afin qu'elle se rende sur les terres d'une usine du parc industriel de Plessisville. L'accusé a ensuite entraîné sa victime dans un boisé, pour finalement revenir à proximité de la rue. C'est finalement l'arrivée fortuite du chef des pompiers de Plessisville qui a permis à la victime de se défaire de l'emprise de son agresseur.
On ne sait pas quels étaient les desseins précis du malfaiteur.
En plus d'enlèvement et de séquestration, Réal Courtemanche et été reconnu coupable de voies de fait armées, menaces de mort, déguisement et port d'arme. Étant donné la nature des condamnations et le nombre d'antécédents en semblable matière, la procureure de la Couronne Me Ann Marie Prince a demandé à ce qu'on évalue la possibilité de déclaré l'accusé délinquant dangereux.
Courtemanche a effectivement été condamné à plusieurs reprises au cours des 30 dernières années et il a même purgé une peine de cinq ans d'emprisonnement. Le juge a ordonné à ce qu'il subisse une évaluation psychiatrique à l'Institut Pinel.