Citadelle s'entend avec ses employés

Les quelque 30 travailleurs de la coopérative de producteurs de sirop d'érable Citadelle ont accepté à l'unanimité la recommandation de la conciliatrice du ministère du Travail, France Racine. Ils ont ainsi mis fin au conflit qui y avait cours depuis le 18 juin.
Réunis en assemblée générale, les membres du Syndicat des employés en produits alimentaires de Plessisville, mis en lock-out depuis le 25 juin, ont accepté la proposition de convention qui avait également été expédiée à la partie patronale.
Le conseiller syndical affilié à la CSD Pierre Lafontaine s'est dit satisfait de la tournure des événements. Son syndicat a atteint les cibles visées, alors que les employés ont notamment obtenu une augmentation salariale de 2,4 % par année, pour les cinq prochaines années, réglant le principal point en litige.
Dans cette même assemblée, le protocole de retour au travail fut également ratifié par les membres présents. Ces derniers se sont dits heureux de retourner au travail.
Rappelons qu'en guise de protestation à la lenteur des négociations, les employés de Citadelle ne sont pas rentrés au travail le 23 juin dernier. Participant à ce qu'ils ont appelé une « journée d'étude ». Deux jours plus tard, au retour du congé de la Fête nationale, ils se sont butés à des portes closes, l'employeur décrétant un lock-out. Ce dernier aura duré un peu plus d'une semaine.
La convention collective unissant les parties était échue depuis le 31 décembre 2013. Les sept premières rondes de négociation n'avaient pas permis d'établir une entente.