Charte: la CSRS et la C.S. des Sommets sans position

Alors que la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) s'inquiète de l'interdiction du port de signes religieux prévue dans la Charte des valeurs, les commissions scolaires francophones de la région (de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), des Sommets (CSS) et des Hauts-Cantons (CSHC) n'ont pas pris de position officielle sur le sujet jusqu'à maintenant.
C'est aussi le cas de la Commission scolaire des Chênes, à Drummondville. La plupart des organisations estiment qu'elles sont loin de la réalité vécue dans la métropole, par exemple.
« On n'a pas eu de problème face à la présence de signes ostentatoires. C'est peut-être une question qui nous touche moins que certaines grandes villes », a commenté le président de la CSRS, Gilles Normand.
La CSRS estime qu'elle compte entre 2 et 3 % des employés qui sont des « minorités ethniques ». Environ 10 % des élèves sont des immigrants. L'organisation compte environ 3400 employés.-