Luce Samoisette

Charte des valeurs: l'UdeS veut un droit de retrait

L'application de la Charte des valeurs obligerait l'Université de Sherbrooke à adopter des pratiques discriminatoires à l'égard d'étudiants qui sont aussi des employés, estime l'institution dans la position officielle qu'elle a adoptée, en vue de la consultation et des audiences publiques sur le projet de loi no 60.
L'UdeS demande un droit de retrait pour les universités, qui avait été retiré du projet de loi. Elle s'inquiète également du «préjudice à l'image» des universités québécoises à l'international, qui pourrait compromettre les efforts de recrutement d'étudiants et de personnel.
C'est notamment ce que fait valoir la «position officielle» de l'UdeS, entérinée par le conseil d'administration récemment.
En décembre, on apprenait que l'UdeS se positionnait contre la Charte proposée par le gouvernement Marois. La rectrice de l'UdeS, Luce Samoisette, en a fait état dans les médias, tout en précisant qu'une position officielle devait être prise un peu plus tard. Le conseil d'administration de l'UdeS avait demandé à la direction de l'établissement de se doter d'une position officielle, ce qui a été fait récemment.
Texte complet dans La Tribune de mardi.
Abonnement à la version électronique: