Charte : «Laissons place au dialogue»

Alors que toutes sortes de voix s'élèvent dans le débat soulevé par la Charte des valeurs, le professeur Louis Côté de l'Université de Sherbrooke plaide pour l'importance du dialogue. Sans se prononcer pour ou contre le projet de loi du gouvernement péquiste, M. Côté croit qu'il est important d'établir certains paramètres.
<p>Louis Côté</p>
Vice-doyen à la formation exécutive à la faculté d'administration de l'UdeS et directeur général du Centre Laurent-Beaudoin, également professeur agrégé, M. Côté s'intéresse à la gestion de crise et aux modes de gouvernance.
Alors que certains s'interrogent sur la pertinence du débat suscité par la Charte, Louis Côté croit qu'il est important de se pencher sur la question. Y avait-il urgence de se pencher sur ce dossier? «Doit-on toujours attendre qu'il y ait une crise pour agir? répond-il d'entrée de jeu. Le plus bel exemple que l'on a vécu en Estrie, c'est Lac-Mégantic. Doit-on toujours attendre des événements semblables pour agir? On découvre toujours lorsqu'il y a une crise qu'il y avait des signes précurseurs avant, qui annonçaient ce qui allait se produire. D'ailleurs on se demande toujours quand une crise arrive comment on en est arrivés là (...) La gestion de crise, ce n'est pas seulement la gérer lorsqu'elle arrive», indique-t-il.
Il dit trouver presque gênants «tous les efforts pour polariser le débat».
Texte complet dans La Tribune de samedi.